Sur mon mur

1 décembre 2015 § 12 Commentaires

Les rues se festonnent de guirlandes, les barbes blanches fleurissent, le salon du livre jeunesse s’installe à Montreuil : décembre est là !

Décembre est un mois très apprécié : on y fête l’anniversaire de mon chéri.

Et Noël aussi.

J’ai trouvé quelques cadeaux. Mais bon surtout pour moi. Comme disait ma grand-mère (et la votre aussi j’en suis sûre) :

On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même !

Merci, mémé ! N’écoutant que cette voix, et non celle de l’Auteur qui rouspète en consultant les comptes sur son iPhone (quelle gloubache, ce truc !) je me suis offert un chouli tirage d’Isabelle Arsenault :

Arsenault recherché

Ça me rappelle les affiches posées pour Veuveu.

Et pendant que j’y étais, ce beau bouquet de Matt Forsythe :

Forsythe Flowerpot

Veuveu s’était caché chez le boulanger !

Alors où que donc, vous demandez vous ?

Sur ton mur, mes caramels ! Et il me semble qu’il y a là de délicieux cadeaux à répandre autour de soi, n’est-ce pas ?

Ce superbe automne de Michel Rabagliati, par exemple :

Rabagliati Automne

On l’a cherché partout partout sauf là où il était…

Ou la Mary Poppins de Geneviève Godbout (message subliminal à l’Auteur)

Godbout marypoppins

Heureusement on mangeait des chocolatines tous les jours !

Et un peu tout Élise Gravel avant qu’ils ne soient épuisés (ah oui, ça se fatigue vite sur ce mur, parce que les tirage sont very limités) :

J’en profite pour vous recommander le dernier livre du génial Michel Rabagliati (coucou mon colonel, grâce à toi j’adore Paul, quelle copieuse !) :

Paul dans le Nord

Nouvelle aventure de Paul, retour à l’adolescence, dans les années 70… L’amour, les virées entre copains, la première cuite, tout y est, en VO québécoise, drôle et sensible évidemment, é-bou-ri-ffant !

Paul dans le Nord, Michel Rabagliati, La Pastèque, tout frais paru !

Sur ton mur, galerie d’art en ligne, vend des impressions en tirages limités et des œuvres originales d’illustrateurs québécois, ça tombe bien je les ❤ ! La livraison est rapidissime (et gratuite en ce moment on dirait).

Publicité

Un point rouge

25 mars 2014 § Poster un commentaire

un point rouge couvCe livre est génial, je l’adore ! D’ailleurs David A. (comme Ah là là c’est d’enfer) Carter est un génie et je l’adore.

David Ah là là était déjà un as des livres pop-up quand il a visité avec sa fille une rétrospective Calder. Révélation ! il a compris qu’il pouvait lui aussi créer ses sculptures de papier de façon libre et spontanée, pour la joie de créer de l’art. Au papier blanc, il a ajouté du rouge, du noir, du jaune et du bleu.

Comme quoi, mes citrons, Calder agit toujours comme un révélateur. Moi c’était à 12 ans, j’ai décidé de devenir millionnaire, d’acheter une forêt et de suspendre ses mobiles à tous mes arbres. Mais après je me suis mise à écrire des livres et mon projet a été beaucoup contrarié par la radinerie des éditeurs.

En revanche David Ah là là a atteint son but.

one red dot

Un, deux, trois…

un point rouge 1

… soleil !

À chaque page surgit une structure féérique dans laquelle se cache un point rouge. Parfois on le trouve vite, parfois il faut chercher. Les enfants adorent. Les parents aussi, sauf quand ils sèchent (je vous recommande la première double). C’est le fil rouge de ce drôle d’album pour apprendre à compter : une boite bizarre, deux demoiselles dansantes, six crécelles crissantes (elles crissent vraiment, c’est miaou), huit pompons de papier, neuf neuf noués… et un point rouge.

J’ai travaillé sur le livre qui deviendrait Un point rouge sur une période de six ans. Je me suis tellement amusé que je ne voulais pas le finir.

David Ah là là, je te comprends.

Un bonus track ici.

Un point rouge, David A. Carter, Gallimard jeunesse, 2005.

À partir de petit, si un plus grand aide à manipuler (ou on va tout retrouver éparpillé, par petits bouts, façon Puzzle).

Et aussi, pour les enfants en route vers le prix Nobel : 600 Black Spots du même auteur (Little Simon, 2007) pour compter jusqu’à 600… in English.

Ah là là David, on ne vous a pas encore dit que quand on aime on ne compte pas ?

600 black spots 2

Houston do you copy me ? Plus que 436 points et on regagne la base…

Où suis-je ?

Entrées taguées art sur les carnets de l'ébouriffée.

%d blogueurs aiment cette page :