Je te l’avais bien dit, Siegfried

8 juillet 2014 § 4 Commentaires

J’ai passé trois jours dans une ville où il y a une rue de l’Écureuil. C’est pas chou ?

Trop trop mimi.

Pétard, c’est trop chou.

Il y avait un marché aux puces. J’ai acheté un album vintage de Ludmila Jirincova : Le lac des cygnes.

Je suis tombée amoureuse de l’illustration avec le diabolique enchanteur Rothbart. Ce type a toujours été mon personnage de ballet préféré.

Ludmila Jirinkova owl

Hou hou, quand ça lui prend, l’enchanteur se transforme en grand-duc.

Je suis donc repartie avec mon livre, que j’ai beaucoup lu depuis mais que les illustrations.

Le texte me disait moyen. Il avait l’air oufa et multi-alambiqué. C’est souvent le cas avec cette histoire. Ça parle d’un cygne-princesse et d’une princesse-cygne, tout le monde les confond. Comme personne ne sait ce qui s’est vraiment passé, ça se termine à chaque fois n’importe comment.

ludmila jirincova

En plus il y a ce grand-duc. Mais zéro écureuil.

Sauf que l’autre jour, par inadvertance, j’ai lu le texte. Bigre de dondaine, mes poulets, ça m’a bien plu. Cette version est fort instructive.

Oyez, oyez. La reine dit à son fils de se choisir une princesse. Il dit que merci bien, il préfère chasser. Sa mère dit qu’elle organise un bal pour qu’il trouve chaussure à son pied. Il dit que d’accord, on va faire comme ça, mais là il part chasser avec ses potes. (N’oublions pas que nous avons affaire à un ado, son cerveau n’est donc pas complètement bien irrigué). La reine lève les yeux au ciel. Elle dit qu’il ferait mieux de ranger sa chambre. Alors il dit que crotte, si c’est comme ça, elle pourra la choisir elle-même (la princesse). Tope là ! dit la reine.

la reine et son fils

T’inquiète, je gère ! dit la reine.

J’ai trouvé ça très réaliste. On retrouve bien la matrice d’une conversation mère/ado, à condition de remplacer « choisir une princesse » par « t’acheter un nouveau pull », « chasser » par « manger un kebab » et « un bal » par « une virée shopping ».

J’ai ADORÉ le passage où le prince dit à sa mère :

Très bien, si tel est votre désir, je vous obéirai.

Même si c’était moins réaliste du coup.

En fait ce gourgandin enfume sa mère. On la voit se démener le soir du bal, elle lui présente primo une brune espagnole, deuxio une blonde italienne, troisiémo une certaine Ira von Beck. Mais il n’en fait qu’à sa tête et choisit n’importe qui.

lac des cygnes

Devinez quoi ? Il choisit un cygne. Un cygne !

Tout va très mal se passer, évidemment.

À la fin, c’est la pagaille et sa merveilleuse mère lui dit : je te l’avais bien dit !

Houlà, la pertinence de cette réplique m’a une fois de plus éblouie.

JE TE L'AVAIS BIEN DIT !!!!

JE TE L’AVAIS BIEN DIT !!!

Dommage que le Conseil Supérieur de la Famille (présidé par l’Auteur qui en est le membre unique depuis mon exclusion pour recrachage de lait intempestif un jour qu’il me faisait rire en grondant le chat) m’ait interdit de prononcer cette phrase, sous prétexte que j’ai utilisé tout le stock disponible avant que mes enfants perdent leurs dents de lait. Si je le dis encore, je serai transformée en statue de sel.

Je ne suis pas certaine que le Conseil soit capable d’un tel sortilège, toutefois prudence est mère de sûreté. (Ma mère me l’a bien dit.)

Je te l'avais biiiiieeeen diiit…

Je te l’avais biiiiieeeen diiit…

Du coup j’ai semé l’album dans les 12000 bd que mes ados ont entassées sur le sol de leur chambre pour se rapprocher du plafond.

S’il y a une panne d’Internet suffisamment longue, qu’une paralysie des doigts les empêche d’envoyer leurs 300 sms quotidiens, qu’un cambrioleur emporte la télé et que les Aliens débarquent, ils finiront peut-être par tomber dessus en creusant une tranchée entre les lits.

Et ils découvriront la phrase magique :

Très bien, si tel est votre désir, je vous obéirai, ma merveilleuse mère.

Ok, j’ai rajouté deux trois mots à la fin pour être sûre qu’ils comprennent.

Signé The Merveilleuse. (Aka : Je te l’avais bien dit, gros nigaud !)

Le Lac des Cygnes, conté par Kamil Bednar & illustré par Ludmila Jirincova, Gründ 1968. À chiner d’occasion près de la rue de l’Écureuil.

Ma mère me l'avait bien dit !

Ma mère me l’avait bien dit ! (D’ailleurs je retourne chez elle.)

Publicités

Un peu perdu

2 avril 2014 § 1 commentaire

Un peu perdu - Chris HaugthonBébé Chouette est tombé du nid, mes sucres ! Il ne manquait plus que ça.

Coup de bol, il atterrit aux pieds d’un écureuil hyper serviable qui veut l’aider à retrouver sa maman.

Enfin coup de bol, c’est vite dit, parce qu’il n’a pas inventé le fil à couper les boules de gui, cet écureuil. Il emmène Bébé Chouette chez d’autres mamans que la sienne. Ouf, heureusement ils rencontrent une grenouille un peu moins nouille et tout finit bien. Enfin… Quoique… Ho-oh !

Avec l’irrésistible Chris Haughton, ça s’arrête toujours sur un gros suspens. J’ai adoré son citadin Oh non, George ! Et le revoici pour un album en forêt. C’est drôle, original, craquant. Achtung bicyclette, c’est une spécialiste des chouettes qui vous le dit. (Je vous ai déjà raconté la nuit où je me suis pris en plein nez une chouette chevêche ?)

C'est décidé, je me jette sur le nez de l'Ébouriffée !

C’est décidé, je me jette sur le nez de l’Ébouriffée…

En plus il y a un sens méga métaphysique, comme l’indique la citation finale, extraite de Robinson Crusoé (Daniel Defoe, traduction de Pétrus Borel, 1833) :

Ainsi nous ne voyons jamais le véritable état de notre position avant qu’il n’ait été rendu évident par des fortunes contraires, et nous n’apprécions nos jouissances qu’après que nous les avons perdus.

Et toc ! Médite ça avant de dormir, ma sucrette, ça t’occupera en attendant le prix Nobel.

Zut, raté !

Zut, raté !

Un peu perdu, Chris Haughton, Éditions Thierry Magnier, 2013

À partir de 2 ans (ou avant s’il sait déjà grimper aux arbres et imiter la chouette chevêche).

Où suis-je ?

Entrées taguées écureuil sur les carnets de l'ébouriffée.

%d blogueurs aiment cette page :