Ma liste de Ross

8 février 2015 § 17 Commentaires

L’Heureuse Imparfaite m’a proposé d’écrire ma liste de Ross. Une idée lancée par Biancat’s Room. Ça tombe bien, j’ai passé Friends en première langue vivante au bac. (Je vous dis pas la note, trop forte, je savais tout sauf la profession de Chandler.)

Alors l’idée, c’est donner son top five des personnalités qui nous font cracboumer.

Tagada ! Je vous la fait à l’envers :

N°5 Mister Bean. Why ? Parce qu’il est poilant et que mon premier amoureux était his doppleganger. D’ailleurs c’était peut-être lui, il était complètement zinzin. Le seul garçon de ma connaissance à porter un pyjama. (Ok, on avait huit ans.)

maxresdefault

J’espère que mon doudou s’entendra bien avec le sien.

N°4 Charlie Brown. Ce type a la tête entre les deux oreilles et le chien le plus cool du monde. Respect !

charlie-brown-snoopy

Si Charlie n’est pas là, j’irai sonner chez mon autre chauve préféré, Woody Allen.

N° 3 Monsieur Conticini. Comment ça, « Connais pas » ? C’est monsieur La Pâtisserie des Rêves aka monsieur les meilleurs pains au chocolat de tout l’univers. Je suis accro. Le jour où je le croise, ça va être sa fête.

Paris-Conticini-patisserie des rêves

Les brioches sont pas mal polouches, elles aussi.

N° 2 Bob Dylan. Depuis le temps que je veux lui jouer Ramona à l’harmonica… ❤

Le mec le plus ébouriffé ever.

Le mec le plus ébouriffé ever.

N° 1 Julia Roberts. J’ai déjà fait mon coming out : l’Auteur sait que le jour où on se sépare, je me console avec elle.

Julia et l'Ébouriffée ont tout en commun.

Julia et l’Ébouriffée ont les mêmes valeurs.

L’ado n°1 a dit qu’il viendrait avec moi.

L’ado n°2 a dit qu’il resterait avec monsieur pains au chocolat. L’Auteur aussi.

Lâcheurs…

 

lalistederossEt maintenant j’aimerais beaucoup connaître les choix de Céline, Humeur de Moutard, Les enfants à barbe, Cultur’elle (allez, des écrivains), Alphonsine et Bleufushia.

Sasek, Poly, Venezia et moi

22 octobre 2014 § 6 Commentaires

sasek venise couvL’Auteur a décidé qu’il est temps de présenter Tintoretto et la Scuola Grande di San Rocco aux ados.

Du coup notre périple à Venise s’effectuera cette année avec supplément de bagages : 110 kilos de grumeaux. Allez les ados, on se donne bien la main avant de tomber dans le canal en consultant ses sms !

J’ai applaudi. Les ados ont fait : gbrrtlllbbm.

Je sens qu’on va bien rigoler : l’ado n° 2 croit que le canal Saint-Martin traverse la Sérénissime.

Quant à l’ado n°1, concernant Venise il n’a pas d’opinion, mais depuis qu’il a vu 72 fois la trilogie du Parrain il situe Le Vatican dans la Cordillère des Andes.

cordillère

Troisième lama à gauche, puis tout droit jusqu’à la fin du monde.

Sont-ils pas au beurre, ces p’tits cœurs ?

15 jours avant le départ, l’Auteur nous a convoqués à une réunion de préparation avec fiches de lectures obligatoires. C’est encore moi qui me suis tapé tous les exposés – va falloir que je perde cette habitude, en fait.

Au menu : Poly à Venise.

Ciao, madame ! Comme stai ? Je cherche la Cordillère des Andes.

Ciao, madame ! Je suis bien sur le canal Saint-Martin ? Je cherche la Cordillère des Andes.

Non, je blague. Faut pas pousser in the canale.

Au menu : Venise de Sasek.

Sasek-Venise les touristes

C’est chaud en terme de pigeons, a dit l’ado n°1.

Puis le fantastique Venise de M. Sasek.

L'ado n°2 a dit : c'est chaud, y'a beaucoup d'eau.

J’ai envie de dire y’a beaucoup d’eau, a dit n°2.

Et enfin Venise de Miroslav Sasek. (Le meilleur livre sur Venise ever !)

Sasek venise

Super on est sur la bonne voie, j’aperçois un lama.

Comme je brandissais derechef mon Sasek, l’Auteur a contre-attaqué avec une lecture de La mort à Venise en VO (Der Tod in Venedig). Alors j’ai mis Everyone says I love you dans le lecteur DVD et il a arrêté de postillonner.

Info de première main : Julia se balade dans la Cordillère des Andes.

Info de première main : on a aperçu Julia dans la Cordillère des Andes.

Après le film, les ados ont fourré sans moufter un jogging dans leur sac.

Venise, Miroslav Sasek, Casterman 2009 – à tout âge !

Everyone says I love you, Woddy Allen, 1996

À l’heure où vous lisez ces mots, mes pétoncles, l’Auteur s’ébaubit devant ses Tintoret tandis que les ados courent au bord du canal pas-Saint-Martin dans l’espoir de croiser Julia.

Et moi j’essaie de piquer le tricot d’Angelo tout droit sorti du livre de Sasek :

Où suis-je ?

Entrées taguées julia roberts sur les carnets de l'ébouriffée.

%d blogueurs aiment cette page :