Émile est invisible

11 septembre 2014 § 3 Commentaires

emile-est-invisible couvC’est décidé, Émile est invisible. C’est comme ça, et pas autrement. À midi, plus personne ne pourra le voir.

Cet Émile, c’est vraiment un chouchou. Il est complètement fou. Mais cette folie est mûrement réfléchie. Car s’il est invisible, c’est pour une bonne raison, une raison qui commence par un « e » et ressemble à des endives.

Comment ça je l’ai dit ?

Bon, ok, c’est bien ça : maman cuisine ce bidule dégouniak :

gratin endive

J’ai l’air dégouniak mais en vrai je suis ébouriffant !

Bizarre comme le gratin d’endive ne devient ragoutant qu’à l’âge adulte.

Le truc, c’est que maman semble voir Émile quand même…

(Émile, c’est une maman qui te parle : au cas où tu ne le saurais pas, nous aussi on a des super pouvoirs, ha ha !)

emile3

La cervelle d’Émile turbine à fond. Cherchant ce qui l’a fait repérer, il tente par tous les moyens d’être mieux invisible. J’ai bien dit : tous les moyens.

Jusqu’au moment où sa Julie chérie lui fait une petite visite… Et là, holàlà, le bol d’être invisible !

emile-est-invisible-2

Bidonnant ! Merci Vincent Cuvellier, merci Ronan Badel.

Émile est invisible, Vincent Cuvellier (texte) & Ronan Badel (illus), Gallimard jeunesse, 2012.

À partir de 4 ans.

Kiki et Rosalie

9 mars 2014 § Poster un commentaire

Kiki et Rosalie couvAprès la mort de son mari, Rosalie s’ennuie devant la télé. Alors son fils lui achète Kiki, un chiot rigolo. Entre ces deux-là, coup de foudre. Rien d’étonnant, car Kiki, il est super : il rigole. Et Rosalie rigole aussi. Sauf que Kiki grandit beaucoup, il devient maladroit. Ça n’est pas grave jusqu’au jour où, après une gaffe plus grosse que lui, pétition des voisins. Coup de tonnerre et avis de tempête : Kiki se retrouve à la fourrière. Les deux amis sont séparés.

Là, préparez vos mouchoirs parce que Rosalie déménage aussi : son fils la met dans une maison de retraite. Revoilà l’ennui et la télévision. Et ça dure…

Les jours et les années passent. Temps variable, soleil, averses et gelées matinales.

Des années ?! Non mais Ronan, au secours… Pourquoi tu nous racontes des choses aussi tristes ? Parce que la vie est triste parfois, mes petits caniches. Et dans ces moments-là, autant rester fidèle à ceux qu’on aime. Qui sait si le vent qui joue avec cette feuille ne l’emportera pas à l’autre bout de la ville, chatouiller la truffe d’un vieil ami ? Rassurez-vous, Ronan Badel n’abandonne pas Kiki et Rosalie. Après la solitude et le chagrin, la joie revient. Un malicieux rebondissement réunit ce couple improbable et fantaisiste. À la fin, promis juré, c’est grand soleil et bonheur garanti ! D’ailleurs, maintenant qu’ils ont emménagé parmi mes livres favoris, Kiki et Rosalie sont à l’abri pour la vie.

Kiki et Rosalie

Kiki et Rosalie, Ronan Badel, Sarbacane, 2013

À partir de 5 ans mais en fait c’est bien tout le temps.

Où suis-je ?

Entrées taguées ronan badel sur les carnets de l'ébouriffée.

%d blogueurs aiment cette page :