Mais qui est à l’appareil ?

12 février 2016 § 14 Commentaires

Depuis qu’elle a l’Alzheimer, ma mère mène une vie de ouf.

Elle parcourt le Maroc à moto.

Elle escalade le Machu Pichu.

Elle se met sur son 31 pour ses rendez vous quotidiens avec Laurent Delahousse.

laurent-delahousse

Laurent, le Ken des Barbies de plus de 70 ans…

Elle a une télévision avec écran cinémascope intégré, du coup faut mettre son fauteuil sur la terrasse pour voir Laurent Delahousse quand il lui rend visite.

Coucou, devine qui vient déjeuner aujourd'hui ?

Coucou, devine qui vient déjeuner aujourd’hui ?

(C’est moyen pratique en cas de pluie, mais bon depuis que son hippocampe du cerveau a disparu, où qu’elle aille il fait beau).

Devine qui vient encore déjeuner aujourd'hui ?!

Devine qui vient encore déjeuner aujourd’hui ?!

Elle voit mes garçons à la télévision : Rachida Dati les félicite parce qu’ils ont bien travaillé cette année. (Hin hin !)

Elle connait bien Rachida, parce qu'elle est venue dîner avec Laurent.

Laurent et Rachida (mes fils en photo sur la commode).

Quand je lui dis que j’espère pour Rachida qu’elle a d’autres ados à féliciter, elle sourit, d’un air entendu : « Ils te l’ont pas dit, ils sont tellement modestes. »

Wé, bin si mes garçons sont modestes, moi je suis la duchesse de Devonquidéchire !

C’est ça, et moi je suis la duchesse du Devonquidéchire !

Elle croit que ma copine Catherine lui a volé un patchwork.

Mentalist

Laurent en tenue de Mentalisto mène l’enquête.

Elle croit que ma copine Viviane a cassé son fer à repasser.

Laurent poil au nez !

Laurent poil au nez !

Elle dit à tout le monde, mais alors à TOUT LE MONDE, qu’elle habite un 5 pièces en dupleix et que ses petits enfants sont teeeellement merveilleux, d’ailleurs c’est pas compliqué : ils passent à la télé avec Rachida Dati.

Laurent sans sa perruque !

Laurent sans sa perruque !

Elle fait des poums sans vergogne (mais pas devant Laurent Delahousse, rho !)

Laurent en femme !

Laurent en femme !

Elle veut m’acheter des foulards Hermès.

Laurent en femme un peu plus vieille.

Laurent en femme un peu plus vieille.

Elle m’appelle, oublie qu’elle m’appelle et me demande, soudain sévère : mais qui est à l’appareil ?!

Pareil mais sous un autre angle. (Brigitte, en vrai je te kiffe, t'es totalement ébouriffée !)

Pareil mais sous un autre angle. (Brigitte, en vrai je te kiffe, t’es grave ébouriffée !)

Elle achète des steaks, ne sait pas les cuisiner, m’appelle pour me demander et se fâche, soudain sévère : MAIS ENFIN QUI est à l’appareil ?!

Mais qui est à l'appareil ?!

Qui, qui, QUI est à l’appareil sapristi ?!

Elle fait sa fofolle. Et si on la contrarie, elle dit que puisque c’est comme ça, elle va se jeter dans la Seine !

N'insistez pas, Jean, ce sera Laurent ou rien.

N’insistez pas, Jean, ce sera Laurent.

Depuis que sa mémoire flanche, j’ai compris tenir d’elle mon imagination zinzin et mes ébouriffades théâtrales.

À mon signal, tout le monde se jette dans la Seine !

À mon signal, tout le monde dans la Seine !

Dire qu’il m’aura fallu emprunter avec elle ce drôle de chemin, pour démêler enfin la pelote emberlificotée de nos liens, pourtant si tendres…

Le voleur de poule

4 juin 2014 § Poster un commentaire

Il ne manque pas d’air, le renard ! Voilati pas qu’il kidnappe la poule sous les yeux du coq et de ses copains, l’ours et le lapin.

le voleur de poule_2

S’ensuit une aventure chevaleresque et sans paroles, avec folles poursuites à travers monts et forêts ou sur l’océan déchaîné, de jour comme de nuit…

le-voleur-de-poules-1le-voleur-de-poules-3le-voleur-de-poules-5

Quand les sauveteurs au grand cœur rattrapent enfin le bandit, paf, gros syndrome de Stockholm ! Dame poule se jette à leur pieds et intercède en faveur de son ravisseur : elle l’aime. Le coq est cocu, qui l’eut cru ? Béatrice Rodriguez a le sens des retournements de situation. Pour ma part j’en suis restée sans voix.

J’ai eu l’autre soir à Laval une conversation fort instructive sur les poules. La spécialiste à qui j’avais affaire a passé sous silence leur tempérament de feu. Dire qu’elle a failli me convaincre d’en adopter une pour réduire mes déchets ! J’imagine qu’elle aurait surtout réduit l’effectif de mes ados en s’enfuyant avec l’un d’eux. Finalement j’ai ramené un cochon. Houlà on a eu chaud.

poulette

Quand le coq n’est pas là, les poulettes dansent.

Le voleur de poule, Béatrice Rodriguez, Autrement jeunesse, 2005

À partir de 3 ans.

Au fait il parait que depuis le coq s’est vengé dans La vengeance du coq, même auteur, Autrement jeunesse, 2011.

Poule_au_pot

La vengeance du coq ?

La mafia du chocolat

19 mars 2014 § 1 commentaire

La mafia du chocolatL’eau est rationnée, le papier aussi, les coups de fil sont minutés, on se nourrit au marché noir et on s’habille vintage. Pour un adolescent, vivre à New York en 2083 présente quelques inconvénients. Et encore vous ne savez pas tout : le chocolat et le café sont illégaux. Argh !

(J’ai un ami qui prétend se passer de chocolat depuis qu’il a changé de vie grâce à la PNL – pouvoir illimité, ta-dam ! Je le soupçonne de mentir pour ne pas à avoir à partager ses provisions avec sa femme et sa fille.)

Parfois, on se demande d’où les auteurs sortent leurs idées. Gabrielle Zevin doit avoir un copain comme le mien. À moins qu’elle soit elle aussi une camée du cacao, une pintée de la caféine. Déjà, je lui suppose les mêmes penchants que les miens pour Shakespeare, David Copperfield, le Japon et la trilogie du Parrain. Parce qu’il y a tout ça dans son chocolat. But attention : vous ne boirez plus jamais le votre du même œil après avoir lu ce livre.

Anya Balanchine (non mais quel nom génial !), 16 ans, a des dispositions pour la rébellion. Normal, c’est la fille aînée de feu the big parrain russe de la mafia new-yorkaise. Bien qu’elle tente de rester à l’écart des affaires familiales (ça me rappelle un certain Michael Corleone), elle finit par plonger les mains dans le cacao de contrebande et prendre les rênes de l’organisation. Cette fille ne fait pas les choses à moitié. Conséquences prévisibles (cf Micky) : complications fraternelles, deuils à répétition, jalousies, complots, rivalités et amours contrariés.

Coucou Anya, ici le cousin Micky !

Merci de ne pas juger ce livre d’après sa couverture. (Houston Albin Michel ? We’ve had a problem !) L’écriture est énergique et directe. Le récit, inventif, intelligent, romantique… Donc même si ça change un peu de Jane Austen, ça devrait plaire aux filles.

2 tomes sont déjà là, le troisième ne tardera pas – on le trouve déjà en anglais. Moi je n’ai pas eu la patience d’attendre. Heureusement que depuis Little miss Austen, je suis archi bilingue !

En bonus, la recette du fameux bitter hot chocolate au piment de la casa Marquez. Si, c’est très miam.

La mafia du chocolat, Gabrielle Zevin, Albin Michel – Wiz

À partir de 13 ans.

Où suis-je ?

Entrées taguées amour sur les carnets de l'ébouriffée.

%d blogueurs aiment cette page :