The lac des cygnes, le return

18 mars 2015 § 15 Commentaires

Comme chacun sait, je suis passée à ça d’une carrière de danseuse étoile et sans me vanter, si j’avais eu le moindre talent, vu le nombre de ballerines que j’ai usées, j’aurais même pu danser super bien.

Aussi n’ai-je pas résisté à vous montrer ce délicieux ballet que l’épisode 3 de la saison 5 de Game Of The Mômes m’a remis en mémoire, mes cornichons.

Pourtant je ne suis pas très cliente du poilage à l’Opéra. Ni ailleurs en fait, surtout lorsque j’entame un paso doble échevelé avec l’Auteur (hey les Ados, c’est moche de se bidonner sous prétexte que mon cavalier se prend la barbe dans les franges de mon châle et qu’il ne sait pas compter.)

Avant…

Le paso doble est une danse à 2 temps. Et 1…

Pendant…

Et 2…

Pour en revenir à ce Concert, Jérôme Robbins l’a chorégraphié. La valse étant de mon cher Fred, rien ne manque à mon plaisir :

Et chez vous, la danse, ça se passe comment ?

Pas mal, merci.

Et 3.

Publicités

Swan Lake

12 août 2014 § Poster un commentaire

Swan Lake ZhuLe lac des cygnes, encore ? L’Ébouriffée ne souffrirait-elle pas de lacdescygnomanie depuis son inscription aux Cours de l’Abeille (danse classique et solfège) ?

Hé bien non ! J’ai réaménagé ma chambre et exploré à cette occasion les trésors de ma bibliothèque enfouis sous d’autres trésors enfouis sous d’autres trésors enfouis sous…

(En vrai je souffre de bibliomaquettophilie, un syndrome qui me pousse à construire des gratte-ciels en entassant des livres).

Bref, Ping Zhu et ses danseurs ont bondi sur moi dans un grand jeté de gouache sur papier cartonné version leporello, suivi de tout l’Opéra.

Swan Lake Zhu 5

Ho là là quel drôle de livre…

Comme son nom l’indique, ha ha, le leporello est un livre accordéon, mes sucres en poudre.

Swan Lake Zhu 6

Because un certain Leporello, qui chantait « Madamina, il catalogo è questo » en s’accompagnant à l’accordéon

Recto, représentation du ballet sur la scène encadrée des spectateurs – avec présences farfelues – jusqu’au grand hall de l’Opéra et son guichet d’information…

Swan Lake Zhu 2

Coucou monsieur Renard, monsieur Cheval et monsieur Zeus !

Verso, les coulisses. Les danseurs se maquillent, s’échauffent, l’habilleuse agrafe un tutu, l’enchanteur Rothbart drague un cygne, la régie s’excite, l’équipe déco s’affaire, la tension monte.

Swan Lake Zhu 3

La costumière coud à la hâte le costume de flocon de l’Ébouriffée.

Moi qui fus danseuse étoile dans une vie antérieure (ou tout comme, vu que j’ai été flocon, marguerite, disque vinyle, chat, marin, macaron et fée dans les spectacles de fin d’année des Cours de l’Abeille), vous pouvez me croire sur parole : Ping Zhu observe joliment la fièvre d’un soir de gala !

Swan Lake Zhu 1

Et hop, attitude !

Humour, élan, trac et minutie, magie à l’appui. Tout y est, chouette !

Ouuuui ?… Qui m'appelle ?

Ouuuui ?… Qui m’appelle ?

Et pour ceux qui n’ont pas compris :

Swan Lake Zhu Loporello

« Madamina, il catalogo è questooooo… »

Le lac des cygnes, Ping Zhu, Nobrow Press, 2012

Y’a pas d’âge pourvu qu’on aime l’accordéon.

Où suis-je ?

Entrées taguées danse sur les carnets de l'ébouriffée.

%d blogueurs aiment cette page :