Sur mon mur

1 décembre 2015 § 12 Commentaires

Les rues se festonnent de guirlandes, les barbes blanches fleurissent, le salon du livre jeunesse s’installe à Montreuil : décembre est là !

Décembre est un mois très apprécié : on y fête l’anniversaire de mon chéri.

Et Noël aussi.

J’ai trouvé quelques cadeaux. Mais bon surtout pour moi. Comme disait ma grand-mère (et la votre aussi j’en suis sûre) :

On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même !

Merci, mémé ! N’écoutant que cette voix, et non celle de l’Auteur qui rouspète en consultant les comptes sur son iPhone (quelle gloubache, ce truc !) je me suis offert un chouli tirage d’Isabelle Arsenault :

Arsenault recherché

Ça me rappelle les affiches posées pour Veuveu.

Et pendant que j’y étais, ce beau bouquet de Matt Forsythe :

Forsythe Flowerpot

Veuveu s’était caché chez le boulanger !

Alors où que donc, vous demandez vous ?

Sur ton mur, mes caramels ! Et il me semble qu’il y a là de délicieux cadeaux à répandre autour de soi, n’est-ce pas ?

Ce superbe automne de Michel Rabagliati, par exemple :

Rabagliati Automne

On l’a cherché partout partout sauf là où il était…

Ou la Mary Poppins de Geneviève Godbout (message subliminal à l’Auteur)

Godbout marypoppins

Heureusement on mangeait des chocolatines tous les jours !

Et un peu tout Élise Gravel avant qu’ils ne soient épuisés (ah oui, ça se fatigue vite sur ce mur, parce que les tirage sont very limités) :

J’en profite pour vous recommander le dernier livre du génial Michel Rabagliati (coucou mon colonel, grâce à toi j’adore Paul, quelle copieuse !) :

Paul dans le Nord

Nouvelle aventure de Paul, retour à l’adolescence, dans les années 70… L’amour, les virées entre copains, la première cuite, tout y est, en VO québécoise, drôle et sensible évidemment, é-bou-ri-ffant !

Paul dans le Nord, Michel Rabagliati, La Pastèque, tout frais paru !

Sur ton mur, galerie d’art en ligne, vend des impressions en tirages limités et des œuvres originales d’illustrateurs québécois, ça tombe bien je les ❤ ! La livraison est rapidissime (et gratuite en ce moment on dirait).

Publicités

Virginia le loup

9 mars 2015 § 10 Commentaires

Virginia-WolfVirginia sombre dans une humeur noire, noire, noire et poilue, avec de grandes dents.

Virginia va si mal qu’elle se transforme en loup.

Un loup avec un gros chagrin. Malheureux, râleur, tyrannique.

Sa sœur Vanessa voudrait tant l’aider.

virginia wolf1

« J’ai plongé dans mon grand lac de la Mélancolie. » (Journal, 1929)

Mais comment l’emmener au pays des fleurs aux fruits dont rêve Virginia, s’il n’existe pas ?

Virginia Wolf 4

« Je voudrais enterrer tout le collège : le gymnase ; la salle de classe… » (Les vagues)

Armée d’amour et de sa boîte à bricolage, Vanessa fabrique cet endroit parfait où Virginia pourra faire entrer ses histoires…

Virginia wolf 5

« Je suis les saisons, je le crois parfois, janvier, mai, novembre ; la boue, la brume, l’aurore. » (Les vagues)

J’ai fait entrer l’extérieur à l’intérieur. J’ai peint des pétales flottants qui avaient des airs de confettis. Ma sœur s’est assise dans son lit et m’a aidée.

Virginia Wolf 2

« Il y a des arbres que j’aime ; le cerisier avec ses boules transparentes de gomme sur l’écorce… » (Les vagues)

C’est ainsi qu’imaginant Bloomsberry le pays des fleurs aux fruits, Vanessa sauve sa petite sœur Virginia d’une crise de mélancolie sauvage et dévastatrice.

Virginia Wolf 3

« Les mots qui étaient dormants tantôt se soulèvent, tantôt agitent leurs crêtes. » (Les vagues)

Une histoire poétique, douce et puissante de Kyo Maclear, portée par les extraordinaires dessins d’Isabelle Arsenault – que je vénère comme chacun sait.

Virginia Wolf - moodboard

Virginia’s Moodboard d’Isabelle Arsenault…

Virginia Wolf, Kyo Maclear (texte) & Isabelle Arsenault, Éditions de la Pastèque 2012

Y’a pas d’âge (pour se consoler d’un gros chagrin) !

Et aussi : Les Vagues, Virginia Woolf, traduit par Michel CUSIN, Gallimard, collection Folio Classique, 2012

Virginia Woolf and Vanessa Bell Stephens

Virginia et Vanessa jouant au cricket.

Délicieuse présentation de l’album, en anglais :

Où suis-je ?

Entrées taguées isabelle arsenault sur les carnets de l'ébouriffée.

%d blogueurs aiment cette page :