Le mystère du film de l’Ado

16 juin 2015 § 10 Commentaires

L’ado n°2 a joué dans un film. Je vous l’ai pas dit ?

Quelle aventure de foufou !

On l’avait inscrit au kung fu pour changer de l’atelier théâtre qui commençait prendre beaucoup de place dans sa vie. Pas un instant on n’aurait pensé qu’il se ferait caster au sortir des arts martiaux, gambadant comme un poney sur le trottoir la crinière en bataille ! Ça nous a pris de court. D’autant qu’il est revenu de l’aventure le poil ras.

Bref, le film sortira bientôt.

Pouvez vous deviner duquel il s’agit avec les indices suivants ?

♣ Le réalisateur l’a tourné en partie sur les lieux de son enfance, en banlieue parisienne.

♦ Le compositeur de la musique du film a souvent collaboré avec Serge Gainsbourg.

♥ Photo volée (et cat bombée) au sortir de la projection d’équipe :

Le réalisateur et ses deux comédiens !

Le réalisateur (bien plus souriant en vrai que ce matou) et ses deux comédiens !

Alors, votre langue au chat ?

NB : comme il s’agit d’un film français dont personne n’a encore parlé, je doute que vous puissiez trouver. 😉

Les barbus

20 mai 2015 § 12 Commentaires

Alors attention les gars, une épidémie de barbe sévit par ici.

Je crois qu’elle a commencé rue de Bretagne, parce qu’il y a quatre ans je trainais dans le quartier de mon adolescence et tout à coup je m’aperçois que tout le monde est assis à la terrasse du troquet Le Progrès, tout le monde porte des chemises à carreaux et des baskets blanches, tout le monde a moins de 30 ans, et (tenez vous bien) tous les garçons ont la barbe.

Pandémie de barbe, sujet n°1 aka Henri IV

Pandémie de barbe, sujet n°1 aka Henri IV

Genre ! (Comme dirait Joëlle.)

Barbe + lunettes + bonnet + cheveux courts = hipster.

Les Ados m’ont dit : barbe + lunettes + bonnet + cheveux courts = Hipster.

Quand je vivais dans le coin, le Progrès était plutôt fréquenté par des messieurs à la peau fripée, qui buvaient leur petit blanc pile poil à l’heure de mon café crème croissant. Maintenant que j’y pense, ils devaient me trouver zarbi. (Avec mes baskets blanches.)

Comme le chaton, le hipster est un peu trop mimi pour être honnête.

Comme le chaton, le hipster est trop mimi pour être honnête.

Aujourd’hui c’est la folie, ils sont partout. Même au Monoprix de la rue de Rennes.

Mes copines commencent à adopter des barbus.

Mes copines commencent à adopter des barbus.

Je me dis que j’aurais mieux fait de rester au Progrès pour remettre un peu d’ordre dans tout ça à l’époque, malheureusement j’avais poney. Et tout a empiré. Depuis l’autre fois je veux dire. Les barbus, pas mon poney. (Enfin mon poney aussi d’ailleurs.)

Parfois le hipster est un faux hispter.

Parfois le hipster est un faux hispter.

Il y en a un qui est venu de New-York jusque dans mon salon !

Parfois le hipster est un fou hipster avec une formibarbe.

Parfois le hipster est un fou hipster. (Avec une formibarbe.)

David Vincent avait raison. Ils sont là. Et ils ont des barbes.

Je vous arrête tout de suite, le hipster a la barbe longue et le cheveux courts, pas l'inverse. Jon, recalé !

Je vous arrête tout de suite, le hipster a la barbe longue et le cheveux courts, pas l’inverse. Recalé !

Je sens qu’une question vous brûle les lèvres… Pourquoi diable les Envahisseurs ont-ils adopté ce look de nains de jardin ?

Parce qu'ils sont cinéphiles, pardi ! (Cherchez l'intrus.)

Parce qu’ils sont cinéphiles, pardi ! (Cherchez l’intrus.)

Vivement le 31 mai

13 mai 2015 § 12 Commentaires

Je sais pas vous, les roudoudous, mais depuis mon adolescence j’avais un avis très arrêté sur la fête des mères. Ringarde, sexiste, bourge, pétiniste… Jusqu’à ce que je devienne à mon tour maman.

Depuis, cette fête me semble tout à fait charmante. Au moindre oubli de la part des kids, je riposte sans pitié.

Ça leur apprendra ! (Notez ma tenue gouleyante !)

Tiens, ça t’apprendra ! (Notez ma tenue gouleyante !)

Et pour choyer ma maman, j’explore le coffre aux trésors aka Etsy comme chacun sait.

Cette année j’hésite encore :

Un chapeau so chou ?

Alors, il est pas chouchou ?

Alors, il est pas chouchou ?

Un petit col tout mimi ?

Tout mimi et tout grrr aussi !

Tout mimi et tout grrr aussi !

La pochette livre qui ne coûte pas un rein :

Pas que tout le monde ne peut pas se ruiner en Charlotte Olympia.

Tout le monde ne peut pas se ruiner chez Olympia Le Tan.

Ou le sac pamplemousse des jours acidulés ?

 

Un pamplemousse tous les matins !

Y glisser Un demi pamplemousse, d’Alice Munro…

Le tee-shirt qui rappelle les bonnes choses de la vie…

Sans commentaire.

Pas mal non plus pour la fête des papas.

Le détail pour ne pas oublier qu’elle est une fonceuse ?

Parce que malheureusement, elle oublie tout désormais.

Il faut bien avouer qu’elle est désormais trop distraite.

La tasse de thé ultime :

Je crois qu'elle va adorer.

Adorable, isn’t it ?

Et ce joli masque pour bien dormir…

Sapristi, encore du chat… On est vraiment envahi.

Sapristi, encore du chat… On est vraiment envahi.

Je crois que, comme à moi, tout pourrait lui plaire – au fond on se ressemble un peu, aha. Sauf le chapeau. Parce que malgré tout, on n’a pas le même sens du chou.

Ouf !

Allez, je suis bonne fille, je lui en ai trouvé un autre :

Nan, je lole, çui là aussi il est pour bibi.

Nan, je lole, çui là aussi il est pour bibi.

The lac des cygnes, le return

18 mars 2015 § 15 Commentaires

Comme chacun sait, je suis passée à ça d’une carrière de danseuse étoile et sans me vanter, si j’avais eu le moindre talent, vu le nombre de ballerines que j’ai usées, j’aurais même pu danser super bien.

Aussi n’ai-je pas résisté à vous montrer ce délicieux ballet que l’épisode 3 de la saison 5 de Game Of The Mômes m’a remis en mémoire, mes cornichons.

Pourtant je ne suis pas très cliente du poilage à l’Opéra. Ni ailleurs en fait, surtout lorsque j’entame un paso doble échevelé avec l’Auteur (hey les Ados, c’est moche de se bidonner sous prétexte que mon cavalier se prend la barbe dans les franges de mon châle et qu’il ne sait pas compter.)

Avant…

Le paso doble est une danse à 2 temps. Et 1…

Pendant…

Et 2…

Pour en revenir à ce Concert, Jérôme Robbins l’a chorégraphié. La valse étant de mon cher Fred, rien ne manque à mon plaisir :

Et chez vous, la danse, ça se passe comment ?

Pas mal, merci.

Et 3.

La Saint Valentin, keep it fresh

14 février 2015 § 12 Commentaires

Un baiser sans moustache, c’est comme une soupe sans sel, dixit mon exquise belle mère.

Autant dire que vu ma capillarité labiale, pour l’Auteur c’est régime. Mais ça c’était avant de découvrir la folle vie d’Eleanor Dumont, the Madame Mustache.

Membre honoraire à titre posthume du Club des Ébouriffés.

J’ai trop kiffé. (Heureusement que mes Ados ne lisent plus rien, sinon ils tomberaient sur cet article, or j’ai interdiction de parler comme eux.)

Madame-Mustache

Pourvu qu’il ne m’interdisent pas de me moustacher.

Madame Mustache, en souvenir de vous, je vais assaisonner la Saint-Valentin.

Goldie Hawn Moustache

Comme Goldie qui a tout compris.

J’hésite encore entre plusieurs options.

La fastoche :

Ni vue ni connue…

Ni vue ni connue.

La féérique :

Moustache

Façon baguette magique.

La kiddo :

Moustaches, moustachus, voici le chat, griffa griffu.

Moustaches, moustachus, voici le chat, griffa griffu.

La complète :

Moustache2

Think pink !

La totale :

warm yourself2

Totalement ébouriffée.

Je répète, la totale :

warm yourself

Avec chauffage d’oreille intégré.

Et le soir venu, tout le monde chante en chœur :

En bonus, mes chatons :

Les super cartes de Melanie sur bliss bloom blog

Les super cartes de Melanie sur bliss bloom blog

Ma maison en carton, pirouette cacahuète

2 décembre 2014 § 8 Commentaires

Encore une maison d’édition qui déchire !

(Normal, c’est tout du carton – bon ok là j’ai honte…)

La maison est en carton propose des publications épatantes : boites à images, carnets d’illustrateur, œuvres originales. Et même un génial Colografouillage qui est donc… une pochette de coloriages à grafouiller signée Andrée Pringent.

colografouillage

Avant grafouillage… Et après !

Mais aujourd’hui on se concentre sur mon gros coup de foudre du salon de Montreuil, leur collection Grandimage.

Par ici, une journée au cirque avec Marie Caudry…

Si on allait au cirque avec Marie Caudry ?

Grandimage, la (très) grande image à déplier en paravent, avec son mini dépliant accordéon de 20 détails commentés, qu’on s’amuse à retrouver dans l’ensemble.

jardin potager vincent mathy

Ou cueillir des prunes avec Vincent Mathy…

Impossible de résister ! Chaque Grandimage part en balade chez un artiste différent.

Parfait pour aller nager sans trop se mouiller avec Magali Le Huche…

Piquer une tête avec Magali Le Huche…

Du doux, du dingue, de la poésie, du burlesque, du mystère, du foufou, du polouche, il y a de tout dans ces univers plus délicieux les uns que les autres.

l'opera de Benjamin Chaud

Ou passer une soirée à l’Opéra avec Benjamin Chaud ?

Quant à moi j’ai aussitôt craqué pour Le cabinet des curiosités de Delphine Jacquot, dont le fourbi raffiné s’accorde à mon goût pour l’humour fantastique et ces moments où l’imaginaire brouille les frontières du réel.

cabinet curiosité en carton

Sapristi, le tatou de l’Auteur a pris racine au plafond.

Voilà officiellement l’endroit où je me glisse désormais à l’heure de la sieste. Eh oui je suis là, un peu cachée et toujours ébouriffée !

le cabinet de curiosité 2

Cherchez bien, mes lapins…

Le cabinet des curiosités, Delphine Jacquot, La maison est en carton, 2011 – Format plié 55 x 28 cm – ouvert 55 x 100 cm.

Colografouillage, Andrée Pringent, La maison est en carton, 2014

Pour petits et grands évidemment.

Le lunda, c’est Gloubi-Boulga

13 octobre 2014 § 3 Commentaires

Si j’ai autrefois appâté l’Auteur en lui préparant de bons petits plats, j’avoue avoir totalement déserté la cuisine depuis que je lui ai mis le grappin dessus. Maintenant c’est lui le maestro des fourneaux.

L’autre soir il n’était pas là. Les ados ont paniqué à l’idée de mourir de faim.

Pff… Pas croyable !

Qu'est-ce qu'il faut pas entendre ?!

Vaut mieux entendre ça que d’être sourd.

J’aurais pu les envoyer se faire cuire un œuf sur leur pizza congelée ou, à l’instar de tonton Jérôme, se frire des nouilles crues dans de la margarine fondue. Au lieu de quoi, j’ai renfilé mon tablier.

Et j’ai dégainé mon arme secrète : le Gloubi-Boulga.

Chers ados, le Gloubi-Boulga est une spécialité régionale de l’île aux enfants.

Donc il nous faut :

– 125 gr de chocolat noir

– 3 bananes bien mûres

– 125 gr de confiture de fraise (le chat ayant terminé la notre, je me suis rabattue sur de la confiture d’orange fluorescente)

– 1 pot de moutarde extra forte

– 3 saucisses de Toulouse crues

casimir gloubiboulga

Allez, on se lance, les pissenlits !

Écrasez les bananes dans un saladier, râpez dessus le chocolat noir, ajoutez la confiture de fraise et touillez. Balancez la moutarde. Puis (hé ho, vous me suivez ? parce que là ça se corse…) faites tiédir à fond les saucisses de Toulouse sans les cuire je répète sans les cuire, coupez-les en rondelles, ajoutez à la préparation et mélangez le temps de chanter toute la chanson de l’île aux enfants.

Ajoutez selon votre humeur des anchois et de la crème Chantilly. Et enjoy

casimir et son gloubiboulga

Le Gloubi-Boulga il n’y en a jamais trop.

Finalement les ados se sont rabattus sur le menu pizza congelée nouilles crues. Chic chic chic, je me suis goinfré tout le Gloubi-Boulga.

La prochaine fois : Lemba, Chocogrenouille et Dubichu !

Trouvés chez CookingMumu, avec la recette, mhmmm…

Ah oui c’est fin, c’est très fin, ça se mange sans faim… (La recette de CookingMumu ici)

Rock anglais vs littérature française

10 octobre 2014 § 2 Commentaires

Hier soir, l’Auteur m’a dit : « Chaque jour je réévalue l’œuvre des Kinks. »

Super.

Bah moi pendant ce temps-là je relis les aventures du Petit Lion.

Le petit lion chaulet ce matin là

Titus était quoi ? Indice : comme l’ado n°2. (En plus ébouriffé du tif à présent, ha ha !)

Omnia aliena sunt, tempus tantum nostrum est, comme disait Sénèque à son cher Lustucru.

Ou Jean-Paul Sartre aux deux Magots.

Ou bien Titus au Grand Yaka.

le-petit-lion-premier-ministreLe petit lion premier ministre, Georges Chaulet, Bibliothèque rose 1968 à chiner chez les grands-parents évidemment.

Ce soir, on déménage

6 octobre 2014 § 4 Commentaires

dolls-house-sticker-bookDepuis que j’ai remué ma chambre du nord au sud et d’est en ouest aller et retour au mois d’août, la fièvre du déménagement s’est emparée de moi.

De furieuses impulsions aiguillonnent ma cervelle. Ma bouche vocifère des ordres. Et les gros bras de la maison – pas les miens vous pensez bien – se retrouvent à pousser, tirer, hisser à toute heure du jour et de la nuit.

Sapristi !

Tant et si bien que pour sécher le théâtre des opérations, l’Auteur a prétexté un tour de rein.

usborne doll house 1

Aïe donc ! Tout est resté en plan, mes boutons d’or.

Les ados ont trouvé des excuses loufoques : n°1 s’est mis à bosser, tandis que n°2 filait tourner un film dans le Morvan, ce chenapan – manœuvre au cours de laquelle il a perdu tous ses cheveux mais c’est une autre histoire.

Le chien s’est ventousé à son panier. La chatte s’est planquée dans la théière pour reprendre son indéboulonnable sieste de 17 heures.

usborne doll house 2

Comment cette andouille a-t-elle réussi à loger son bedon dans la théière rouge ?

Abandonnée de tous, j’ai été sauvée par la Doll’s house en papier d’Ina Hattenhauer.

Ina, elle nous a gâtés !

Toute une maison à aménager, 4 étages, 11 pièces, plus de 100 bidules autocollants à sortir des cartons, du lustre au sofa en passant par la porcelaine et les jouets d’Hugo, Bella et Baby ! Youp’là boum tralala, non ?

usborne doll house 3

On dira ce qu’on voudra, déménager des autocollants c’est bien moins fatiguant.

Je me suis tellement amusée que j’ai commandé la version gros rupin : The Victorian Doll’s House.

D’ailleurs tout le monde l’attend avec impatience : j’y ai repéré une magnifique cage à oiseaux qui fera un très joli chapeau pour l’ado n°2 en attendant que ses cheveux repoussent.

usborne victorian doll house

La plante verte ferait aussi bien l’affaire, n’est-il pas ?

Doll’s House Sticker Book, illustrated by Ina Hattenhauer, Usborne Publishing Ltd, 2012. Dès 5 ans.

Also in french (même si ça me chougne un peu d’avouer que je ne l’ai découvert qu’à l’instant.)

la maison de poupée autocollants usbornela-maison-victorienne-autocollants-usborne

C’est bientôt Noël

25 septembre 2014 § 3 Commentaires

Mille confettis, plus que trois mois avant le jour N !

J’ai décidé de prendre les choses en main et d’écrire ma liste au père Noël.

Depuis que j’ai soigné mon hypovalisagyre avec cette méthode, j’en suis très fan. D’ailleurs l’Auteur procède ainsi pour se faire offrir chaque année le cadeau de ses rêves. Sauf que lui c’est toujours la même chose (un bon d’achat Fnac).

Voici ce que j’ai repéré… Exceptionnellement, no in-quarto, zéro in-folio, mais ce n’est qu’un début. J’espère juste que papa Noël mettra le turbo côté Monopoly : va falloir faire sauter la banque en ma faveur…

Primo cher père Noël, pourquoi pas cette robe chatouillette ?

Et pourquoi pas le zèbre aussi ?

Avec le zèbre aussi.

Deuxio, dans le même esprit, une autre bien kiki avec ses choulis souris :

Tout le monde sait combien j'aime les souris !

Tout le monde sait ici que je raffole des souris !

Troisiémo (comme Peau d’âne, il m’en faut trois), pour les dimanches celle-ci :

flamingo dress etsy

Je la porterai pour jouer au croquet avec la reine de Cœur.

Bigre, ce croquet m’a épuisée !  P’tit roupillon sur ce fauteuil ébouriffant, que je mettrai dans le boudoir avec mon Picasso.

hybridchairs5

Je sais, à présent vous voulez le même…

Déjà ? C’est l’heure de la dînette !

la dinette

Yum yum, j’adore les radis noirs en laine.

Ho mais voilà une copine ébouriffée

sage Manomine

Hey copine, je te prête mon fauteuil. (Mais pas mon Picasso, inutile d’insister !)

Heureusement il reste du thé et une tasse pile poil à sa taille :

Cette tasse à café est réservée aux écureuils.

Chhht, en vrai cette tasse à café est destinée aux écureuils.

Je ne résiste pas à lui faire une petite farce. Hop, j’enfile mon déguisement de renard :

masque de renard etsy

So Kitsune…

On a bien ri, maintenant je la raccompagne chez elle. Comme ça caille un peu, je sors mon super manteau !

fanstastic little fox coat Etsy

Avec le masque, ça fait the double effet KissCool.

(Qui existe aussi version lapin pour les rendez-vous avec Célia Teasdales.)

smoking Resnais monsieur Lapin

Attendez votre tour, monsieur Lapin ! Et ôtez vos pattes de cette table.

Saperlipopette ! Vivement Noël, non ?

Où suis-je ?

Catégorie bizarreries sur les carnets de l'ébouriffée.

%d blogueurs aiment cette page :