La bonne méthode pour nettoyer le vomito (approuvée par Winston Wolf *)

1 octobre 2015 § 28 Commentaires

Où j’en étais ? Ah oui, l’Ado n°2 a eu 15 ans.

Il nous a demandé 2 cadeaux. Nan, en vrai il en voulait plus mais dans notre grande bonté on lui en a accordé 2.

Je ne reviendrai pas sur l’affaire du vélo.

L’autre cadeau c’était : une fête ! Eh, pas de panique. À 15 ans c’est des bébés. J’ai donc négocié le Champomy, les confetti et la pyjama party.

Cri du cœur de l'Auteur interrompant la négociation de l'Ébouriffée et de l'ado au sujet du cadeau 2.

Où l’Auteur interrompt les négociations concernant l’autre cadeau.

Les parents qui m’ont appelée étaient très rassurés. Surtout par le coup des pompiers en dessous (et en tongs).

Le jour J, j’ai entraîné l’Auteur en Normandie où il s’est distingué en devenant l’homme qui répète en boucle : « On aurait dû barricader la chambre. » OK, et comment on se serait évadés de dedans la chambre barricadée pour aller en Normandie, gros malin ?!

sherlock jacktheripper-wl

Où l’Auteur explique ce qui va se produire dans la chambre non barricadée.

Nonobstant ce radotage fort attristant chez un homme autrefois célèbre pour jeter les meubles de jardin dans la piscine afin de boire l’apéro sous l’eau, on a passé un super WE.

L'Auteur et l'Ébouriffée passant un super WE et ne se disputant jamais à propos du radotage de l'Auteur.

Où l’Auteur et l’Ébouriffée passent un super WE, sans jamais se disputer à propos de barricades.

Dimanche matin on a taquiné l’Ado depuis la terrasse où on s’enfilait des Spritz en lui faisant croire par texto qu’on arrivait dans 5 mn. Ha ha ! Il a flippé grave.

L'Auteur et l'Ébouriffée riant comme des fous en faisant leur farce !

Où l’Auteur et l’Ébouriffée rient comme des fous de leur petite niche !

Et le soir, de retour à Paris, on a constaté que l’Ado n°2 s’était donné du mal pour tout ranger. C’était nickel, dis donc ! À part mon beau canapé, le sol qui collait, les traces de godasse sur les oreillers et les couettes (et aussi les draps et la manche de mon peignoir blanc – ils ont de grands pieds, ces ados !)

L'auteur passe sa chambre au scanner pendant que l'Ébouriffée se félicite du sérieux de l'Ado n°2.

Où l’auteur passe sa chambre au scanner pendant que l’Ébouriffée s’émerveille du    sérieux de l’Ado n°2.

J’ai appelé les copines qui m’avaient traitée de zinzin pour leur dire que l’Ado n°2 avait changé de personnalité. (Ça rattrapait les fois où je les avait dérangées pour leur confier qu’il était fou à lier.)

Puis le lendemain, les pompiers nous on dit d’un air entendu qu’il faut bien que jeunesse se passe.

L'Auteur et l'Ébouriffée se demandant si cette déclaration contient un message subliminal.

Où l’Auteur et l’Ébouriffée se demandent si cette déclaration contient un message subliminal.

Le mardi j’ai localisé un verre de Champomy sur la bibliothèque.

Sauf que c’était du ouisky.

L'Ébouriffée analysant le Champomy frauduleux.

Où l’Ébouriffée analyse le Champomy frauduleux.

Le mercredi, l’Auteur a vu un gros trou dans la boite de kleenex. C’est pas malin de se moucher dans du carton ! (Nan je rigole, on a tout de suite compris.)

L'Auteur enquête sur le rectangle de carton arraché.

Où l’Auteur enquête sur le rectangle de carton arraché.

Le jeudi l’Ado n°1 a cherché partout son pantalon de sport. Mais en fait son frère l’a donné à un pote.

L'Auteur et l'Ébouriffée se demandant si l'Ado n°2 est fou à lier.

Où l’Auteur et l’Ébouriffée réalisent que l’Ado n°2 est toujours fou à lier.

Enfin le vendredi, on a branché l’aspirateur. Et on est tous tombés comme des mouches (sauf les pompiers qui ont de l’entrainement.)

L'Auteur examine l'aspirateur au péril de sa vie.

Où l’Auteur examine l’aspirateur au péril de sa vie.

Coucou les ados ! ON N’ASPIRE PAS DU VOMI AVEC UN ASPIRO ! À moins de nettoyer tout l’engin et de changer le sac dégueu après. Mais pareille tâche requiert une grande force d’âme. Chez nous c’est l’Auteur qui s’y est collé.

(Par ailleurs c’est le seul qui a lu les mémoires de Keith Richards par ici.)

L'Auteur après avoir lu Les mémoires de Kieth.

L’Auteur après avoir lu Les mémoires de Keith.

À ce stade, l’Ado n°2 a avoué que bon ça a un peu dérapé, mais il nous a promis qu’il en a tiré des leçons pour la prochaine fois.

Sainte Patience, priez pour moi !

Sainte Patience, priez pour moi !

Mes châtaignes, la question se pose :

Où l'Auteur se met à citer la mère de l'Ébouriffée : "Je te l'avais bien dit !"

L’Auteur a trouvé une nouvelle phrase à répéter : « Je te l’avais bien dit ! »

* Winston Wolf solves the problems…

A l’attention du voleur de vélo

29 septembre 2015 § 11 Commentaires

Je tiens à informer l’abruti qui a fauché le vélo neuf de l’ado n°2 derrière le lycée Molière jeudi 29/09/16 entre 17 et 18H qu’il a intérêt à le rapporter fissa s’il tient à ses fesses.

Bicose j’ai mis le professeur Férosse sur le coup

Sans perdre son calme, l'Ébouriffée appelle Professeur Ferosse

L’Ébouriffée appelant le professeur Férosse sans perdre son calme.

Dit Professeur Vaudou, dit le Lyonnais, dit l’Envouteur, dit Antivol, dit Tawartagueul, dit Roro la Chatouille :

flyer marabout

Spécialisé en Envoûtement et Protection (et en Examens, ça tombe bien du coup j’ai pris    un supplément bac français pour l’ado n°1)

Hey, gros, tu fais comme tu veux mais Férosse, il est moyen patient.

Le professeur Ferosse a pris l'affaire très au sérieux.

Et il a pris l’affaire très au sérieux.

Te voilà prévenu, grougnafe !

Catastromite, mes peluches

10 septembre 2015 § 24 Commentaires

J’ai une mite dans le dressing.

Elle manque pas d’air, celle-là !

Avec tout les sous qu’on dépense en pièges et embuscades à mite.

Du coup je vous mets des poneys. Plus je côtoie des ados, plus ils me font penser aux poneys.

Plus je côtoie des ados, plus je pense aux poneys. (Zéro rapport avec la mite)

À propos d’air, depuis l’invasion de la punaise de lit, une injonction d’éloignement m’est tombée dessus : interdiction d’approcher des huiles essentielles à plus de 100 m ! C’est d’un pratique.

Pas seulement côté hygiène.

Ados, poneys, c’est tout comme. Pas seulement côté hygiène.

Je suis donc allée demander de l’aide aux pompiers.

Ils sont très très cools ;)

Ils sont très très cools (ados et poneys, pas les pompiers. Vous suivez ou quoi ?)

Pour ceux qui n’ont pas suivi, j’habite au dessus d’un gang de pompiers fort gouleyants – sauf le jour de la sainte Barbe où ils s’habillent en filles et braillent dans les escaliers en buvant du champomy dès 7 heures du matin. Et très serviables. Enfin, là j’ai révisé mon jugement, ils sont moyen serviables en fait.

Leurs choix vestimentaires sont mystérieux.

Leurs choix vestimentaires sont mystérieux. (Ceux des pompiers aussi, ≠tongs)

Les pompiers ont dit que déjà ils font plus les abeilles, alors les mites, même pas en rêve. Ils rigolaient en agitant les orteils dans leurs tongs.

Un peu vénère, j’ai répondu du tac au tac que des pompiers en tongs, même pas en rêve non plus. Bim !

Avec eux c'est razzia sur la bouffe !

Ados et poneys c’est razzia sur la bouffe…

Ça les a super vexés. Ils ont dit que j’avais pas craché sur les tongs les 28 fois où ils ont sauvé l’Ado n°2. Ou moi, le jour où mon cerveau a fondu.

… cheveux au vent…

… cheveux au vent…

Quoi, mon cerveau a fondu ?! Bin oui. Je ne vous ai pas raconté ?

… grasses mat' à gogo…

… grasses mat’ à gogo.

Bref, avec tout ça j’ai toujours cette mite dans le dressing. Je la sens qui hésite entre mon cachemire noir préféré et mon Trobomanto. Ça m’énerve.

DÉCIDE TOI !!!!

Et ça grandit pas.

Et ça ne grandit pas.

C’est bête les mites.

(Mais les poneys c’est malin !)

Poudre d’escampette au Jardin des Plantes

3 septembre 2015 § 12 Commentaires

couv-poudre-descampetteMes petits cailloux, je ne sais pas vous, mais moi j’adore la rentrée.

Faire l’école buissonnière, ça n’existerait pas sans l’école, les horaires, les devoirs.

Et flâner dans les librairies… Mmmh…

Aujourd’hui la pêche est bonne. Regardez ce que j’ai trouvé : deux beaux ours.

 

Le grand, c’est Groucho. Depuis le temps qu’il vit au Jardin des Plantes, il y a pris goût – surtout aux enfants qui lui lancent des gâteaux.

poudredescampette1

C’est mon amie Fabienne qui a cuisiné les gâteaux. (J’en ai mangé tout l’été !)

Mais le jour où le gardien oublie de fermer la porte, son colloc’ Vadim prend la poudre d’escampette et l’entraîne avec lui.

La poudre d’escampette ! Quand j’étais petite, cette expression sonnait à mes oreilles comme une formule magique, tout droit jaillie du pays des Contes de Fée.

En vrai, elle vient du verbe escamper, lever le camp. Prendre la poudre d’escampette, c’est s’enfuir. À toute berzingue. Prendre ses jambes à son cou !

Comme moi le jour où l'auteur a voulu nous obliger à regarder Zardoz.

Comme moi le jour où j’ai vu Sean Connery dans Zardoz.

Nos deux ours s’évadent le jour de Carnaval. Les voilà pris dans un tourbillon de déguisements ! Leur apparence provoque l’enthousiasme…

Poudre-descampette 2

C’est aussi Fabienne qui a tout cousu, je parie. Cette fille sait tout faire.

L’histoire est chouette, la fin inattendue, et les dessins – oh ces dessins !

Anne Hemstege est une dessinatrice fabuleuse, une coloriste merveilleuse, et j’aime tout chez elle, jusqu’au plus mini du plus petit des confettis.

Et vous, quelle expression vous préfériez, enfant ?

Poudre d’escampette au Jardin des Plantes, Didier Lévy (le papa de la fée Coquillette) & Anne Hemstege, Sarbacane 2015.

Dès 4 ans

Les vacances !

7 août 2015 § 15 Commentaires

Je savais bien qu’elles finiraient par arriver.

Ça fait des mois que j’ai peur !

Les vacances, c’est obligatoire. Mais c’est dangereux…

vacances de monsieur hulot

On risque de rencontrer l’homme idéal – enfin pas moi, je l’ai déjà. (Aha quelle fayotte !)

On peut se faire piquer par des insectes.

On peut se faire piquer par des insectes.

Vivre d'épouvantables disputes en famille !

Ou vivre d’épouvantiaques disputes familiales qui finissent mal !

Bonnes vacances, les coquelicots !

Essayez de tenir le coup jusqu'à la rentrée !

Essayez de tenir le coup jusqu’à la rentrée !

Houzzle, coloriages et poésie

1 août 2015 § 9 Commentaires

Certains ne grandissent jamais vraiment. Ils continuent de construire des cabanes.

Si vous êtes de ceux-là, mes renardeaux, en voici une mégagraou pour vous refugier en été, quand les adultes envahissent la maison…

Pour inviter nos copains écureuils !

Et pour inviter vos copains écureuils !

Elle s’assemble comme un jeu, sans clou, ni vis, ni colle. Et, recouverte de toiles enduites, protège de l’orage et de la rosée. (Mettez bien le son à fond avant de regarder la vidéo 😉 )

J’ai même déniché l’album idéal à colorier tranquille, à l’abri, entre deux gorgées de grenadine :

couv_saison_525px

les saisons du japon

Comment ça ? Vous ne connaissez pas l’ébouriffante Nancy Peña ?!

Un parfum s’élève

celui du prunier

halo de la lune

Houzzle, module d’habitat éphémère imaginé par Ferid Ack Baraly et Clara Levieuge, à découvrir dans la très belle exposition Equation(s) Design, jusqu’au 1er novembre à La Villette.

Les Saisons du Japon, Nancy Peña (illustrations), Éditions Issekinicho, 2015. À feuilleter ici.

Et le nouveau blog de Nancy, totalement miaou, le chat Madame !

Ma collection d’été

25 juillet 2015 § 9 Commentaires

Si je vous dis que je travaille 10 heures par jour et quasiment 6 jours sur 7, vous me pardonnez de n’être jamais là ?

(J’aime bien me faire plaindre.) 😉

Tout de même, je vous propose ma collection de livres magasinés pour l’été. (Mon amie Claire étant partie vivre à Montréal, je parle désormais canadien.)

Une merveilleuse histoire d’amitié :

Malgré ce qu'on raconte chez les licornes, Uni croit que les petites filles existent !

Malgré ce qu’on raconte chez les licornes, Uni croit que les petites filles existent !

Le meilleur polar de tous les temps – selon la Crime Writer’s Association :

Malheureusement il n'est plus édité en France, c'est vraiment n'importe quoi.

À la recherche du véritable Richard III !

Le livre qui s’impose aussi sec :

Richard III

William, t’es un gros baratineur ! (But I love U)

Celui-ci, élu à priori pour sa couverture je l’admets :

Serais en train de devenir fan de Whodunit?

Serais-je désormais gaga de whodunits ?

L’indispensable fouillis de l’amateur de bidule :

On n'a pas fini de chercher des trucs !

On n’a pas fini de chercher des trucs (et de compter les moutons) !

Le meilleur pour la fin ?

Carrément fantastica...

Quand Isabella découvre l’appartement de la mystérieuse mademoiselle Oiseau.

Sauf que c’est pas fini 🙂

Bien sûr, je l'ai précommandé…

Anna Pavlova + Laurel Snyder + Julie Morstad, je précommande direct !

Un petit dernier pour l’automne :

Julie, veux tu travailler avec moi ? <3

Le monde selon les enfants – et Julie ! (Julie veux-tu travailler avec moi ? ❤ )

Et la montre qui ne voit pas passer le temps :

La belle excuse pour passer son temps à lire.

La belle excuse pour lire, lire, lire, sans s’inquiéter de l’heure… Merci Misakomimoko !

Et vous, à quoi ressemble-t-elle votre collection d’été, les groseilles ?

Paris au fil du temps

16 juillet 2015 § 11 Commentaires

L’autre jour, je rouspétais sur la fermeture de La Hune – l’Auteur dit que je suis de parti pris, parce qu’ils mettaient mes livres en vitrine, ok c’est un peu vrai mais pas que.

Feu la Hune. (Antoine Gallimard, j'ai 2 mots à vous dire !)

Feu la Hune. (Antoine Gallimard, j’ai 2 mots à vous dire !)

En plus l’Auteur m’avait entrainée à L’Écume des Pages dont le rayon jeunesse est la résidence secondaire de Petit Ours Brun. C’est donc avec entrain que j’ai fait ma ronde habituelle.

Awé super, y'a Petit Ours Brun 3 D maintenant.

Awé super, Petit Ours Brun 3 D maintenant.

Or voilatipa que j’ai eu un coup de foudre !

L'Ébouriffée est atteinte d'une affection rare : elle ne sait pas photographier avec son téléphone.

(L’ennui c’est que je suis atteinte d’une affection rare : la nullenphotomobilite.)

Trop beau, l’album !

Bon, va falloir me croire sur parole, vu que mes photos qui semblaient nickel sur l’écran du téléphone sont toutes ratées en vrai.

Ça m'énerve parce que TOUT LE MONDE sait le faire sauf moi.

(Ça m’énerve parce que TOUT LE MONDE est fort en photomobile sauf moi.)

Ce livre parle de Paris. Il est malin, passionnant et sublimement illustré. (Sans compter les surprises – dépliants, cachettes, roues qui tournent…)

Paris2

(Déjà que j’ai eu ablation du sens de l’orientation in utero…)

Zou et hop, ce livre est à moi. (Oui je sais, j’ai dit en l’achetant que j’allais l’offrir à Paola, mais en fait non – excuse moi Paola, je te le prêterai.)

Si ça se trouve, ils m'ont aussi ablationné la photo avec mobile.

(Si ça se trouve, j’ai pas de nullenphotomobilite. On m’a juste ablaté la photomobile.)

Allez, chuis bonne fille, je vous mets des photos un peu plus convaincantes.

Une photo prise sans ablation préalable.

Ici, photo prise (pas par moi) sans ablation préalable. (© Sandrine Damie)

Et je vous explique : ce bijou raconte Paris, en se penchant sur la vie urbaine à 7 époques différentes :

♦ Lutèce, la Gallo-Romaine

♦ Sombre Paris médiéval (nan mais vous y croyez qu’on picole alors l’eau de la Seine ?!)

♦ Paris classique

♦ Le ventre de Paris (avec une roue pour changer le commerce présent dans la boutique, so rigolo)

♦ Le Paris d’Haussmann (avec l’immeuble de Pot-Bouille et la maison Aristide Boucicaut)

L'Ébouriffée a décidé de vivre dans ce livre.

L’Ébouriffée a décidé de vivre dans ce livre. (© Sandrine Damie)

♦ Paris occupé !

♦ Paris aujourd’hui…

Et pour finir, une chouli carte pour expliquer à un ado mou du genou que non, c’est pas la place de la Concorde, celle avec une grosse dame au milieu. Pour les plus jeunes, y’a rien à expliquer, ils savent. 😉

paris-fil-temps

Simone, t’aurais pu dessiner mon musée préféré ! (© Sandrine Damie)

Paris au fil du temps, Jean-Michel Billioud (textes) et Simone Massoni (illus), Gallimard jeunesse 2015

à partir de 5 ans

Ça plane pour moi

7 juillet 2015 § 20 Commentaires

Ces derniers temps j’ai demandé à des jeunes filles indiennes si elles étaient espagnoles professionnelles.

J'ai mis une photo de chaton tout mimi pour illustrer.

J’ai mis des photos de chatons pour illustrer.

J’ai terrorisé une cliente septuagénaire d’Uniqlo en la poursuivant pour qu’elle s’occupe du remboursement du jean de l’ado n°1.

Rien à voir avec la choucroute mais c'est mimi.

C’est fort inquiétant, même moi je ne comprends pas pourquoi !

J’ai plaint l’ado n°1 qui avait soir la faim.

Va falloir que j'arrête l'herbe à chat.

Va falloir que j’arrête l’herbe à chat.

J’ai péroré sur la chanson super méga connue de Marianne Faithful sur l’héroïne, c’est quoi le titre déjà ? (Sister Morphine a soupiré l’Auteur consterné).

Cherchez l'erreur.

Cherchez l’erreur.

J’ai promis d’assister à 4 dîners, un pince fesse d’éditeur et une soirée ciné entre copines, tout ça à la même date.

Soyons fous !

Soyons fous !

J’ai essayé de me laver le visage avec de la crème solaire (ça ne mousse pas).

Excellent !

Je crois que des chatons colonisent mon cerveau.

J’ai appelé un Christophe « Guillaume », une Cécile « Céline » et une Angélique « Annabelle ». Dommage qu’ils soient également mes éditeurs.

Un peu de cake à l'herbe à chat pour la route?

Un peu plus d’herbe à chat pour la route, Guillaume ?

(Sauf Annabelle qui était juste une banane assénant toute la soirée qu’elle a suivi 7 ans d’études, genre comme un néphrologue*, alors qu’en vrai elle a fait 7 premières années par ci par là et tout additionné). (Vas-y prends moi pour une quiche 😉 )

(Vas-y prends moi pour une quiche moi qui suis phrénologue !)

La ferme !

Et impossible de mettre le nez dehors : j’ai des visions ! Je vois l’ado n°2 se multiplier au hasard des kiosques à journaux, colonnes Morris et autres abribus.

Déjà quand y'en a qu'un, c'est pas du gâteau !

Même que je le revois du temps des cheveux longs…

Je me demande si je ne suis pas surmenée.

Et vous, ça se passe comment, l’été ?

Microbe et Gasoil sera en salle demain. Quand faut y aller, faut y aller, les amis !

* Ok, je ne sais pas ce que c’est mais avec un nom pareil, je parie qu’il faut au moins 7 ans d’études.

Le mystère du film de l’Ado

16 juin 2015 § 10 Commentaires

L’ado n°2 a joué dans un film. Je vous l’ai pas dit ?

Quelle aventure de foufou !

On l’avait inscrit au kung fu pour changer de l’atelier théâtre qui commençait prendre beaucoup de place dans sa vie. Pas un instant on n’aurait pensé qu’il se ferait caster au sortir des arts martiaux, gambadant comme un poney sur le trottoir la crinière en bataille ! Ça nous a pris de court. D’autant qu’il est revenu de l’aventure le poil ras.

Bref, le film sortira bientôt.

Pouvez vous deviner duquel il s’agit avec les indices suivants ?

♣ Le réalisateur l’a tourné en partie sur les lieux de son enfance, en banlieue parisienne.

♦ Le compositeur de la musique du film a souvent collaboré avec Serge Gainsbourg.

♥ Photo volée (et cat bombée) au sortir de la projection d’équipe :

Le réalisateur et ses deux comédiens !

Le réalisateur (bien plus souriant en vrai que ce matou) et ses deux comédiens !

Alors, votre langue au chat ?

NB : comme il s’agit d’un film français dont personne n’a encore parlé, je doute que vous puissiez trouver. 😉

%d blogueurs aiment cette page :