Ma fuite à moi des Plombs (de Venise)

2 mai 2014 § Poster un commentaire

Hier soir je regardais La nuit de Varennes, les écureuils. Enfin en partie seulement, parce qu’arrivé à la moitié l’Auteur a décidé qu’il était en train de s’endormir et on a tout éteint.

Il faut dire qu’avec la panne du lecteur dvd, on a largement perdu une heure sur notre timing avant que les ados passent par là et nous suggèrent d’éteindre et de rallumer l’engin, ce qui l’a tout à fait réparé.

The-IT-Crowd-3000

Allô ? Alors pour réparer un lecteur dvd, il faut l’éteindre et le rallumer.

Comme quoi, au lieu de prix Nobel, ils pourront toujours faire réparateurs.

Mais qu’est-ce que je disais ? Ah oui, Casanova…

Dans ce film, contrevenant à toute vérité historique, Ettore Scola introduit Casanova. Tu parles qu’en 1791, il avait autre chose à faire que cavaler sur les routes de France au trousses de Louis XVI, en séduisant Hanna Schygulla. En vrai, il était en Bohème à se les cailler au château de Dux où il rédigeait ses Mémoires.

En même temps, on est bien content, parce que c’est Mastroianni qui joue le rôle. Et Mastroianni on ne le revoit jamais assez.

casanova mastroianni

On dirait pas comme ça, mais Casanova était tout ébouriffé sous la perruque.

Tout ça m’a rappelé que Treize Étrange republie le Casanova sous les plombs de Venise de Patrick Mallet, qui raconte avec brio l’emprisonnement de l’aventurier et sa célèbre évasion des geôles de Venise (surnommées les Plombs à cause de leur fichue toiture en plomb qui rendait tout glagla en hiver et caliente en été).

J’ai découvert cette BD après mon trente-douzième séjour dans la cité des doges, au cours duquel je me suis enfin décidée à visiter le Palais Ducal.

Là, j’ai fait la totale avec une conférencière complètement fofolle qui nous a mimé l’intégrale de l’évasion.

Casanova sous les plombs 3

Tout a commencé dans une boite, et oui !

Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une histoire à base de messages secrets, de tige de fer, de bible et de macaronis au beurre, qui a failli tourner au zbeul dans l’impro la plus totale, mais s’est bien terminée grâce au sang froid de l’évadé.

Casanova sous les plombs 4

Tout a continué avec des dames à ébouriffer.

Quand la conférencière, après nous avoir fait ramper dans la cellule fatale, a indiqué la sortie, j’étais tellement à fond sur cette histoire d’évasion que j’ai dit à l’Auteur : « Chiche que je me fais enfermer et que je m’évade cette nuit en secret moi aussi, passe moi l’Opinel. » L’Auteur m’a répondu : « T’es sûre ? Parce que tu risques de louper le dîner et j’ai réservé une table à l’Antiche Carampane. »

« OK, ai-je admis en lui rendant l’Opinel. Autant m’évader tout de suite. » Et je suis sortie avec les autres, ni vue ni connue.

Voilà comment je me suis, moi aussi, enfuie des Plombs de Venise.

casanova les-plombs-de-venise

Purée de risotto, j’ai eu chaud !

J’ai bien fait parce que ce soir là, à l’Antiche Carampane, il y avait des crabes mous de la lagune en beignet et c’est pas tous les jours qu’on en mange.

Forte de mon expérience, dès mon retour à Paris j’ai décidé d’écrire une BD racontant l’évasion de Casanova. Mais crotte, Patrick Mallet l’avait déjà fait. Super bien en plus.

À la place j’ai cuisiné des macaronis et tout le monde était très content.

écureuil

Des macaronis ?!!!

Casanova sous les plombs de Venise, Patrick Mallet, Treize Étrange, 2014 – feuilleter ici.

Casanova Mallet couv

Histoire de ma Fuite des prisons de la République de Venise, Giacomo Casanova, Éditions Allia, 2014

casanova allia

La nuit de Varennes, Ettore Scola, 1982. Houlà ça nous rajeunit pas, déjà qu’on n’arrive plus le regarder en entier sans roupiller.

Aux amateurs de crabes mous de la lagune, je recommande l’Antiche Carampane – San Polo 1911, Venezia – dont le nom signifie à peu près « La vieille pute », ce qui est fort engageant.

Popdouwizz

16 avril 2014 § 2 Commentaires

Popdouwizz couvEncore une enfant à qui ses parents refusent l’animal de compagnie de ses rêves ! Ça commence à m’ébouriffer. Que fait la police des copains pour la vie ?

Céleste trouve la solution : elle adopte un Popdouwizz, nuage morphoélastique, tout doux et glouton – et aussi super absorbant, ce qu’elle le découvre en prenant son bain avec lui. Il a bien d’autres talents, comme par exemple le don d’invisibilité. Ou des trucs carrément plus bizarres…

Un copain pour la vie qui sent bon le pop corn et fait caca des papillons, qui dit mieux ?

Le but du jeu étant de le garder toujours avec soi (pour le dîner, faire dodo, aller à l’école), Céleste élabore des stratégies. Mais la présence de ce petit compagnon, pas très doué pour l’incognito, provoque des rebondissements complètement déglingués dans sa vie quotidienne.

popdouwizz 3

Podouwizz

Avec ses couleurs joyeuses et sa folle liberté, Lili Scratchy sème la fantaisie partout où elle passe, tant mieux. Je me suis bien poilée en lisant ce petit roman graphique à mon popdouwizz à moi. Et il a eu le même effet sur notre journée qu’un bol de céréales aux chamallow multicolores : youpla boum, tralalalalère et vive l’anarchie !

Popdouwizz, Lili Scratchy, Les fourmis rouges, 2013

À partir de 7 ans.

J’ai escaladé le Sommet des Dieux

14 mars 2014 § Poster un commentaire

Couv_sommet des dieux1924, le Britannique Mallory et son compagnon de cordée Irvine disparaissent en gravissant l’Everest. Ont-ils atteint le Sommet du Monde avant de mourir ? Le Sommet des dieux, l’ébouriffante adaptation par Jirô Taniguchi du roman de Baku Yumemakura narre l’enquête menée en 1993 par Fukamashi, photographe passionné de montagne, pour résoudre ce mystère. Alors qu’il met la main sur l’appareil photo de Mallory, il se le fait dérober. Quel nigaud ! Un indice pareil, on ne le laisse pas traîner dans sa chambre d’hôtel, on le cache dans ses chaussettes ! Ses recherches le mènent sur les traces de l’énigmatique alpiniste Habu Jôji… Ta-da !

Depuis que j’ai dévoré les 5 tomes de ce manga, je me considère comme une experte es alpinisme. J’ai d’ailleurs ouvert des voies intrépides sur les lits superposés de mes enfants, jusqu’au jour où l’un d’eux, qui suivait mon exemple, a dévissé et s’est cassé la jambe. L’Auteur (je vis avec un auteur, c’est un homme sérieux) a brandi son badge de policier de la Montagne et interdit toute expédition sous peine d’amende (deux semaines de vaisselle).

Difficile d’exercer son expertise dans ces conditions, sauf lors de diners en ville où je clame volontiers mon projet d’en découdre un jour avec le K2. Pareille déclaration se fait en toute impunité, pour peu qu’on ait vérifié sur la liste des invités qu’aucun n’a passé son Premier Crampon ou son Piolet d’argent. Hélas, une jeune fille de ma connaissance, un peu ébouriffée sur les bords, m’a prise de court l’autre soir en me proposant d’escalader avec elle le sommet réputé invincible du Gymnase de Choisy. N’écoutant que mon audace (et un peu pour narguer la Police de la Montagne qui me fixait d’un air courroucé), j’ai accepté.

Voici comment je me suis retrouvée équipée de chaussures très laides sur les traces d’Habu Jôji (et de Sylvester Stallone mais c’est une autre histoire), accompagnée par l’enfant à la jambe cassée qui est désormais un adolescent et a très bien réparé sa jambe – comme il l’a vite prouvé en me doublant sous prétexte que je grimpe comme une limace. Mais je ne bave pas ! ai-je rétorqué vexée.

L’Ébouriffée à l’assaut de la paroi vertigineuse (7m) :

sommet des dieux duel

Le duel fascinant entre l’Ébouriffée et l’impitoyable attraction terrestre :

sommet-des-dieux-T1

L’Ébouriffée face à son destin :

Sommet de dieux 2

La dernière image de l’Ébouriffée avant sa disparition, elle venait de décider de se recycler dans le cyclisme :Sommet des dieux

Sans nouvelles de son Ébouriffée, la Police de la Montagne a écrit une lettre vibrante d’indignation à Jirô Taniguchi mais le génial mangaka ne parlant pas français, il y a peu de chance pour que la plainte aboutisse.

Le sommet des dieux, Jirô Taniguchi (d’après l’œuvre originale de Baku Yumemakura), 5 tomes, Kana, 2004-2005 // coffret intégrale, Kana, 2011

Où suis-je ?

Entrées taguées bande dessinée sur les carnets de l'ébouriffée.

%d blogueurs aiment cette page :