Je cuisine avec Aude et Annette

13 janvier 2016 § 11 Commentaires

J’adore l’hiver mais il faut vraiment avoir une santé de fer pour ne pas s’enrhumer quand les ados vous obligent à fumer sur le balcon.

Sur mon île déserte, je fumerai au lit !

Sur mon île déserte, je fumerai au lit !

Heureusement que je saupoudre d’algues bio mes pamplemousses d’Okinawa : je ne suis jamais malade !

Ce qui m’amène (admirez la transition) à vous parler de ce merveilleux livre de recettes recommandé par un colonel de mes amis :

Marnat couv

Un livre ébouriffant ! D’ailleurs quand on me demande ce que j’emporterais sur une île déserte, je le clame sans détour : c’est lui !

Bien entendu, sur mon île déserte il y aura de la cressonnette, des pâtes, du potiron, des raisins secs, de la moutarde de Dijon, de la chapelure, de la mozzarella, des champignons de Paris, du chocolat, de l’huile d’olive, et tous les ingrédients indispensables à une vie de naufragé.

Il y aura aussi des rouges-gorge, parce que c'est comme ça !

Il y aura aussi des rouges-gorge qui se baladent en louche !

Aude Le Pichon a concocté des recettes bien polouches (Tronche de cake, Les bouchées doubles, J’ai la patate…) réalisables par des enfants et par moi. Le tout assaisonné de remarques écolos.

Lave tes pommes avec tes pieds pour économiser l'eau !

Lave tes pommes et tes pieds en même temps pour économiser l’eau !

On apprend ainsi qu’aller au marché à vélo, c’est zéro pollution ; que les orangs-outans souffrent d’huile de palme ; que les écureuils ont un cœur d’airain ; qu’un fruit venu dans votre assiette hors saison par avion consomme plein de pétrole…

Ne tronçonne pas ta buche si tu peux la scier, c'est plus économique.

Ne tronçonne pas ta buche si tu peux la scier, c’est moins chocolat.

Quant aux illustrations, comment vous expliquer ? En citant ce colonel de mes amis peut-être, qui fut stupéfait que je lui vante une recette : « Oh ? Il y a vraiment des recettes ? » Ébloui par les dessins, il n’avait pas remarqué.

Sur mon île, il y aura des poupées russes pour m'aider à faire le bortsch !

Ce soir, les matriochki, c’est chou rouge au vinaigre !

Et comme vous êtes gourmands, je vous donne d’ores et déjà le tuyau : un deuxième tome permet de cuisiner léger et économique. Réservé aux radins au régime. Ou aux fans d’Annette.

Merci Aude, merci Annette !

Merci Aude, merci Annette !

Je cuisine naturellement bon au fil des saisons et Je cuisine naturellement léger et pas cher, Aude Le Pichon & Annette Marnat (illustrations), Père Castor – Flammarion

Mot de passe : coin coin

2 mars 2015 § 15 Commentaires

Bonjour les poussins ! Je ne sais pas ce que vous avez fait pour les vacances, nous on est allé dans le Gers cuisiner des canards et croyez moi c’est pas de la tarte.

Allez les gars, direction Sud-Ouest !

Allez les gars, direction Sud-Ouest !

Déjà le canard il faut l’attraper. Et pour l’attraper il faut se lever hyper tôt, aller au marché au gras, reconnaître à son accent le vendeur moustachu chez qui on a réservé la came, se rappeler le mot de passe – pousse ton canard et mouds le coincoin – et avoir assez de biscotos pour porter les bêtes jusqu’à la chambre des tortures. (Ou s’être muni d’ados, mais les ados lève-tôt ça court pas la campagne, moi j’en ai trouvé qu’un.)

Saturnin part à la chasse au canard.

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, je partirai.

Après, la folie douce.

Vas-y que je jongle avec les plumes, les couteaux, les hachoirs, les croupions, les magrets, les manchons, les carcasses, les pouics et les couics, les tuyaux qu’il ne faut pas percer, les cous remplis de maïs, les gésiers plein de gravier (bien gratter), et vas-y que je fais fondre la graisse, cuis dans la graisse, touille la graisse, filtre la graisse, baigne dans la graisse, sniffe la graisse, et que je compte les bocaux, les bocaux, les bocaux, d’ailleurs je n’ai toujours pas pigé où on voit la contenance du bocal, ni pourquoi avec 4 canards on récupère 5 gésiers, soi-disant que j’en ai coupé un en deux, moi je dis que mon canard était comme Louis XIV : il est né avec plusieurs estomacs.

saturnin sait tout faire

Saturnin essaie de s’enfuir… Trop tard !

J’avais peur de devenir végétarienne, mais non.

Sauf que depuis je ne dors plus trop bien. Dès que je ferme les yeux, les fantômes des canards viennent me becqueter les pieds.

Celui avec deux estomac a prédit que je me réincarnerai en foie gras.

gore

L’Ébouriffée est un peu inquiète.

Merci bien.

Si c’est comme ça, l’an prochain j’irai en Bretagne faire sauter des crêpes.

Mot de passe bigouden.

Mot de passe bigouden.

NB : Les Aventures de Saturnin, série créée par Jean Tourane, diffusée entre 1965 et 1970 par l’ORTF, et adaptée en albums, en disques…

Le lunda, c’est Gloubi-Boulga

13 octobre 2014 § 3 Commentaires

Si j’ai autrefois appâté l’Auteur en lui préparant de bons petits plats, j’avoue avoir totalement déserté la cuisine depuis que je lui ai mis le grappin dessus. Maintenant c’est lui le maestro des fourneaux.

L’autre soir il n’était pas là. Les ados ont paniqué à l’idée de mourir de faim.

Pff… Pas croyable !

Qu'est-ce qu'il faut pas entendre ?!

Vaut mieux entendre ça que d’être sourd.

J’aurais pu les envoyer se faire cuire un œuf sur leur pizza congelée ou, à l’instar de tonton Jérôme, se frire des nouilles crues dans de la margarine fondue. Au lieu de quoi, j’ai renfilé mon tablier.

Et j’ai dégainé mon arme secrète : le Gloubi-Boulga.

Chers ados, le Gloubi-Boulga est une spécialité régionale de l’île aux enfants.

Donc il nous faut :

– 125 gr de chocolat noir

– 3 bananes bien mûres

– 125 gr de confiture de fraise (le chat ayant terminé la notre, je me suis rabattue sur de la confiture d’orange fluorescente)

– 1 pot de moutarde extra forte

– 3 saucisses de Toulouse crues

casimir gloubiboulga

Allez, on se lance, les pissenlits !

Écrasez les bananes dans un saladier, râpez dessus le chocolat noir, ajoutez la confiture de fraise et touillez. Balancez la moutarde. Puis (hé ho, vous me suivez ? parce que là ça se corse…) faites tiédir à fond les saucisses de Toulouse sans les cuire je répète sans les cuire, coupez-les en rondelles, ajoutez à la préparation et mélangez le temps de chanter toute la chanson de l’île aux enfants.

Ajoutez selon votre humeur des anchois et de la crème Chantilly. Et enjoy

casimir et son gloubiboulga

Le Gloubi-Boulga il n’y en a jamais trop.

Finalement les ados se sont rabattus sur le menu pizza congelée nouilles crues. Chic chic chic, je me suis goinfré tout le Gloubi-Boulga.

La prochaine fois : Lemba, Chocogrenouille et Dubichu !

Trouvés chez CookingMumu, avec la recette, mhmmm…

Ah oui c’est fin, c’est très fin, ça se mange sans faim… (La recette de CookingMumu ici)

Où suis-je ?

Entrées taguées cuisine sur les carnets de l'ébouriffée.

%d blogueurs aiment cette page :