J’ai trouvé le chagrin

3 mai 2015 § 1 commentaire

Une femme attend un homme, un homme qu’elle appelle monsieur Bonnard, qu’elle aime et qui doit la peindre.

Cet homme ne vient pas, elle se déshabille.

Elle l’attend. Encore. Et encore…

Sfar Bonnard

« … Elle a quoi de mieux à faire, une jeune femme… »

Elle dit :

Monsieur Bonnard, on est en droit de se demander ce que vous branlez !

Elle prend un bain… Elle prend la pose.

Sfar Bonnard 1

« … que d’aller se faire peindre ? »

Qu’est-ce qu’elle est belle ! Émouvante aussi, toute seule à attendre.

Sfar Je regarde mes pieds

Je regarde mes pieds (huile sur medium)

Il n’y a pas que les modèles qui attendent. Quelle femme n’a jamais connu ça ?

Je vous regarde, (huile sur medium)

Je vous regarde (huile sur medium)

Joann Sfar, je lui en veux un peu quand même parce qu’à cause de lui, l’Ado n°1 croit que dessinateur de génie, c’est un métier. Et voilà que le musée d’Orsay lui propose de passer deux mois avec les œuvres de l’exposition Bonnard. Résultat, une expo à lui aussi – déjà finie, désolée mes cuicui – et cet album étonnant.

Je vous regarde (huile sur toile)

Sfar, il ne peut pas s’empêcher de raconter une histoire, l’histoire d’une femme qui attend un homme qui ne viendra pas.

Sfar Regarde moi

Regarde moi (encre de Chine sur papier)

C’est poignant, l’espièglerie, la gravité du modèle.

Il m’est arrivé ça. Je voulais jouer, rire, mettre des couleurs qui disent comme la peinture est du côté de la vie. (…) À force de me crever les yeux à regarder mon modèle, j’ai trouvé le chagrin.

Je l’appelle monsieur Bonnard, Joann Sfar, Éditions Hazan, 2015.

Sfar couv

catalogue bonnardNB : le titre de ce billet est tiré du texte de Joann Sfar publié dans le catalogue de l’expo du musée d’Orsay. Il y narre sa relation au peintre et l’aventure de cette immersion dans son univers. Eh oui, en plus, Sfar il écrit bien.

Bonnard, Guy Cogeval et Isabelle Cahn, Musée d’Orsay & Hazan, 2015.

Et toujours : Pierre Bonnard, peindre l’Arcadie, au musée d’Orsay à Paris, jusqu’au 19 juillet 2015.

Publicités

Tagué :, ,

§ Une réponse à J’ai trouvé le chagrin

Une cerise sur mon gâteau ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement J’ai trouvé le chagrin à les carnets de l'ébouriffée.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :