Poudre d’escampette au Jardin des Plantes

3 septembre 2015 § 12 Commentaires

couv-poudre-descampetteMes petits cailloux, je ne sais pas vous, mais moi j’adore la rentrée.

Faire l’école buissonnière, ça n’existerait pas sans l’école, les horaires, les devoirs.

Et flâner dans les librairies… Mmmh…

Aujourd’hui la pêche est bonne. Regardez ce que j’ai trouvé : deux beaux ours.

 

Le grand, c’est Groucho. Depuis le temps qu’il vit au Jardin des Plantes, il y a pris goût – surtout aux enfants qui lui lancent des gâteaux.

poudredescampette1

C’est mon amie Fabienne qui a cuisiné les gâteaux. (J’en ai mangé tout l’été !)

Mais le jour où le gardien oublie de fermer la porte, son colloc’ Vadim prend la poudre d’escampette et l’entraîne avec lui.

La poudre d’escampette ! Quand j’étais petite, cette expression sonnait à mes oreilles comme une formule magique, tout droit jaillie du pays des Contes de Fée.

En vrai, elle vient du verbe escamper, lever le camp. Prendre la poudre d’escampette, c’est s’enfuir. À toute berzingue. Prendre ses jambes à son cou !

Comme moi le jour où l'auteur a voulu nous obliger à regarder Zardoz.

Comme moi le jour où j’ai vu Sean Connery dans Zardoz.

Nos deux ours s’évadent le jour de Carnaval. Les voilà pris dans un tourbillon de déguisements ! Leur apparence provoque l’enthousiasme…

Poudre-descampette 2

C’est aussi Fabienne qui a tout cousu, je parie. Cette fille sait tout faire.

L’histoire est chouette, la fin inattendue, et les dessins – oh ces dessins !

Anne Hemstege est une dessinatrice fabuleuse, une coloriste merveilleuse, et j’aime tout chez elle, jusqu’au plus mini du plus petit des confettis.

Et vous, quelle expression vous préfériez, enfant ?

Poudre d’escampette au Jardin des Plantes, Didier Lévy (le papa de la fée Coquillette) & Anne Hemstege, Sarbacane 2015.

Dès 4 ans

Le voyage de Pippo

23 janvier 2015 § 19 Commentaires

Pippo_couverturePauvre Pippo, il ne sait plus rêver.

Pour s’endormir il compte les moutons.

Dans le troupeau bien duveteux, surgit une brebis.

Elle l’invite à partir en voyage à travers les saisons au pays des songes.

 

Un troupeau de moutons doux comme les nuages.

Un troupeau de moutons doux comme les nuages.

À chaque mois son paysage, sa rencontre, son rêve aux désirs enfouis mais chuchotés…

Les coquelicots du mois de mai.

Les coquelicots du mois de mai.

Partir, s’envoler loin, ou grandir jusqu’au ciel, aller au bal, attendre quelqu’un, retrouver un ami.

Les méduses du mois d'août.

Les méduses du mois d’août.

Avec Pippo, on ouvre grand son imagination pour contempler la nature, entendre ses murmures, réapprendre à rêver. Un album tendre et poétique qu’on ne veut plus lâcher quand on l’a attrapé.

Une sieste à la fin de l'été…

Une sieste à la fin de l’été…

Hey Pippo, t’as de beaux yeux, tu sais.

Le voyage de Pippo, Tome Satoe, éditions Nobi Nobi!, 2014

À partir de 4 ans…

Ma vie heureuse

4 novembre 2014 § 2 Commentaires

ma vie heureuseVoici un délicieux roman – et qui tient les promesses de son titre appétissant !

Encore un livre suédois entre parenthèses. La littérature du pays de Fifi n’en finira donc jamais de m’émerveiller.

Je vous présente Dunne, naturellement douée pour le bonheur.

Il est tard, pourtant Dunne n’arrive pas à dormir. Certains comptent les moutons, mais pas elle. Dunne compte toutes les fois où elle a été heureuse.

Dunne n’arrive pas à dormir parce que demain c’est la rentrée…

Soudain elle a un peu peur.

Et si elle ne se faisait pas d’amis ?

Eva Eriksson 1

Rassurez vous, Dunne trouve Ella Frida. Leur amitié double la mise question bonheur.

Eva Eriksson 6

Rose Lagercrantz raconte à hauteur d’enfant cette belle rencontre…

Eva Eriksson 8

Et les jours qui passent, remplis de jeux, de secrets, de fou-rires, de bagarres, d’animaux, de surprises.

Eva Eriksson 7

Puis la séparation pour cause de déménagement – et l’inévitable chagrin.

Eva Eriksson 2

Où est passé le bonheur ? Peut-être que Dunne va devoir le chercher un peu… Heureusement, elle est fortiche. Et trouve avec Ella Frida le moyen de poursuivre cette jolie amitié…

Les dessins d’Eva Eriksson accompagnent Dunne avec humour et tendresse.

Eva Eriksson 4

Et quand on referme le roman, presque une année s’est écoulée. Dunne a grandi, elle a souffert. Mais reste toujours aussi douée pour le bonheur. Quel délice !

Ma vie heureuse, Rose Lagercrantz (texte) & Eva Eriksson (illus), Mouche de l’école des loisirs, 2013. À partir de 6 ans.

mon cœur raviLa suite de l’aventure, c’est Mon cœur ravi, paru cette année.

Sam et Tom, l’incroyable aventure

17 octobre 2014 § 4 Commentaires

Sam-et-Tom-l-incroyable-aventureSam et Tom creusent un trou, bien décider à mettre au jour une merveille. Ça donne cet album parfait, simple et cocasse, aux jolies péripéties et à la chute spectaculaire.

Ils tournent évidemment autour, se séparent, se retrouvent, finissent dans une impasse.

Heureusement qu’un spécialiste en terrassement les accompagne et qu’il a un peu plus de nez ! Pas les mêmes ambitions toutefois.

Sam et tom

Du coup j’ai envoyé les ados et le chien creuser un trou !

Le texte est économe, le suspens d’enfer, les dessins adorables – ah les couleurs délicates de Jon Klassen.

Les plus observateurs liront cette histoire surréelle jusqu’au trognon de pomme… Je n’en dis pas plus.

Sam et Tom 2

Imaginez un peu qu’ils déterrent un diamant gros comme ça ?!

Quant à ce trésor, je n’ai pas eu besoin de creuser bien loin pour le dénicher… en VO chez Galignani.

sam et Tom clebs

Pour multiplier les chances, j’ai photocopié le chien. (© Jon Klassen)

Mais cette fois, j’ai vérifié avant de vous en parler. Et ils sont trop fort chez Milan (wha, ok je fayotte un peu), ils ont déjà traduit la pépite.

Sam et Tom fin

Ça n’a rien donné… Sauf que maintenant faut nourrir 7 chiens en plus des ados.

Un vrai mode d’emploi pour l’aventure !

Sam et Tom, l’incroyable aventure, Mac Barnett (texte) & Jon Klassen (illustrations), Milan, 2014

À partir de 4 ans.

Et en bonus, les deux auteurs creusent leur trou eux aussi :

La vie de Kuma Kuma

29 septembre 2014 § 4 Commentaires

la vie de kuma kuma couvDans ma bibliothèque des jours chonchons, s’il n’y en avait qu’un ce serait lui.

Que dire de Kuma Kuma ?

Kuma Kuma vit sur la montagne, c’est l’ami de Kazue Takahashi. Et dans ce portrait qu’elle trace de lui, il semble aussi vaporeux qu’un nuage et doux comme un doudou.

Depuis la semaine dernière une chanson de Rezvani me trotte dans la tête :

Je rêve toujours d’me tirer, d’me barrer, d’me tailler, de foutre le camp…

Et ce matin en piochant au hasard des bouquins, j’extirpe Kuma Kuma de son p’tit coin perdu. Vous croyez aux signes, les choux-fleurs ?

Kuma Kuma

Tiens, salut monsieur l’ourson ! On ne s’est pas croisé depuis un bout. Comment ça va chez vous ?

Toujours aussi bien apparemment.

la vie de kumakuma

Kuma Kuma cueille ses tomates direct dans le potager.

Programme de la journée : dégustation de salade, un peu de ménage (au milieu de la pièce seulement), couper ses ongles et les observer, sieste, regarder les nuages, écouter la pluie, mettre la radio et danser…

Beaucoup d’humour, de la poésie.

Un brin de mélancolie ?

la vie de Kuma kuma 4

Depuis le temps que je rêve de me mettre à la guitare !

Pourtant je crois que Kuma Kuma est heureux avec sa vie de cocagne, là haut sur la montagne. Dans son p’tit coin perdu…

Pas vous ?

La vie de Kuma Kuma, Kazue Takahashi, Autrement jeunesse, 2005

Lousse, Noche et Bum vs le Festival de l’Adolescence

28 juin 2014 § Poster un commentaire

Lousse couvDésolée mes dragées, je me suis un peu absentée. C’est parce que j’étais en plein Festival de l’Adolescence.

Hou, c’était trépidant. Je ne me suis pas ennuyée une seconde. Un vrai feu d’artifice. Pour tout vous dire, hier on a eu le bouquet final : battle d’eau de Javel ! Youhou soyons fous…

(Ok, c’était pendant une soirée à laquelle l’ado n°2 n’aurait PAS dû aller vu qu’il est privé de tout ces jours ci. Mais bon parfois on craque, on veut être sympa. Et leur éviter de s’évader par le balcon, surtout qu’ici ça fait haut).

Lousse 1

Avec Lousse, c’est battle de bonbecs et de fruits !

La battle de Javel avec aspersion intégrale est l’un des rares cas où la copine de l’ado n’hésite pas à appeler au secours les parents de l’ado. « Venez vite, il y a urgence : on a dû jeter tous ses vêtements et il peut quand même pas rentrer tout nu. »

Lousse 2

Noche c’est le roi de l’arc-en-ciel et il vise trop bien.

Heureusement ils sont nuls ces jeunes, ils visent très mal. Du coup on n’a pas été obligé d’échanger l’ado en magasin contre un autre moins récuré des muqueuses. Tant mieux. Vu qu’il n’est plus sous garanti, ça m’aurait coûté une fesse.

Pour remercier la copine de l’ado, j’ai promis de fournir le White Spirit et les allumettes pour la prochaine Fiestabomba.

Lousse 3

Lousse et ses copains se précipitent : eux aussi sont invités à la Fiestabomba.

Tout ça pour dire que : j’échange un lot de 2 ados contre une petite Lousse. Doudous escargot et éléphant bienvenus.

Je ne sais pas pourquoi, ce Festival de l’Adolescence à Javel-les-Bains m’a donné des envies de légèreté, de tendresse, de balançoires, de cornets de frites, d’amis imaginaires, de tour du monde pour rire et de pains au chocolat. Tout ce dont Alex Cousseau m’a soudain rendue nostalgique. L’enfance, quoi. Et si en prime je peux me balader dans l’univers de Candice Hayat (qui ne connaît pas le délavage à l’hypochlorite de sodium), je serai bien contente.

Bum et Noche s’endorment. Lousse entend son cœur et le leur. Leurs trois cœurs battent exactement en même temps. Tic-tac, flip-flap, bloup…

NB : Le lot d’ados sera fourni avec toute la panoplie (slims, caleçons apparents, chaussettes trouées, coups de fil du principal, compète de grasses-mat’, surboums et matchs de foot). En revanche, sans la notice explicative qui s’est égarée dans le bazar de leur chambre à coucher.

Trop cool, avec ce lot d'ados c'est tous les jours gag à gogo.

Trop cool, avec ce lot d’ados c’est tous les jours gag à gogo.

Lousse, Noche et Bum, Alex Cousteau (textes) & Candice Hayat (illus), Autrement Jeunesse, 2011

À partir de 3 ans.

Les-Tontons-flingueurs

Qauand ils connaîtront Lulu la Nantaise, ils feront moins les malins avec la Javel.

Apolline chérie !

19 mai 2014 § Poster un commentaire

ottolineApolline vit avec son meilleur ami, le chevelu monsieur Munroe, au 243 de la tour P.W. Huffledinck surnommée le Poivrier. Son grand appartement abrite sa collection de chaussures et zéro adultes : les parents de la fillette, d’excentriques explorateurs, parcourent le monde à la recherche d’objets rares. Leur présence se résume aux cartes postales que monsieur Munroe ramasse sur le paillasson le matin.

Apolline adore résoudre des énigmes. Ça tombe bien, car le mystère nait sous ses pas, comme les fleurs sous ceux d’Aphrodite. Ce qui nous vaut ces trois bijoux, trois romans junior ébouriffants :

Dans Apolline et le chat masqué, l’enquête porte sur l’étrange disparition de chiens de race. Ont-ils fugué ? Ou pire, été enlevés ? Secondée par monsieur Munroe, l’apprentie détective se lance sur la piste du Chat Masqué, un redoutable cambrioleur qui pourrait bien être impliqué dans cette sombre affaire…

apolline chat masqué 1

Apolline adore désébouriffer monsieur Munroe.

Rien n’effraie Apolline, pas même l’idée que sa nouvelle école soit hantée. Sa capricieuse amie Cécilie peut compter sur elle ! Elle va démasquer Le Fantôme de l’école qui terrorise les élèves à la tombée de la nuit.

apolline 2

Apolline tente d’attirer l’Ébouriffée sous sa brosse en l’appâtant avec du thé.

Où Apolline a-t-elle la tête ? Elle n’écoute jamais monsieur Munroe. Il a pourtant quelque chose à lui révéler. Heureusement, quand il fugue en Norvège à la recherche du Très Grand Troll, elle part sur ses traces avec l’ours du sous-sol. Voici Apolline en mer

apolline en mer 1

En l’absence de monsieur Munroe, Apolline désébouriffe l’ours du sous-sol.

Chaque livre de Chris Riddell est un trésor et cette série ne fait pas exception à la règle, avec son héroïne solitaire et émouvante, et son ami enfantin, la créature des marais norvégiens. Chaque image foisonne de détails à l’humour fantasque, l’illustration complétant ou infirmant la narration.

apolline en mer 2

Le bizarre s’épaissit, les indices se multiplient, cocasses, discrets, malicieux… Au lecteur de les décrypter, pour accompagner Apolline et son super copain dans leurs aventures délirantes.

Alice B. Dupont présenta tout le monde à Apolline. Il y avait Brian, le fils de l’homme invisible, et son chien Rafistole. Puis les sœurs Watt, Orvilise et Wilberta, accompagnées de leur toucan, Richard. Derrière elles, étaient assis la sultane de Pahang et Coucou, son éléphant à poils longs.

Dans la version anglaise, Apolline se prénomme Ottoline et de délicieux bonus accompagnent les livres, cartes postales timbrées (ha ha) ou lunettes permettant de suivre les empreintes du Très Grand Troll au fil des pages… Tant mieux pour eux !

Apolline et le chat masqué, Apolline et le fantôme de l’école, Apolline en mer, Chris Riddell, Milan Jeunesse.

À partir de 7 ans.

apolline-et-le-chat-masqueapolline-et-le-fantome-de-l-ecole

apolline-en-mer

L’ombre de chacun

21 avril 2014 § 2 Commentaires

L'ombre de chacun-couvHa, l’univers de Mélanie Rutten… Ses dessins d’abord, mais pas seulement. Parce que oui, Mélanie fait partie de ces auteurs qui écrivent ET dessinent. Un peu vexant pour les autres, non ?

Ceci étant, je ne suis pas jalouse, Dame Nature m’a pourvue d’autres talents. Par exemple, je sais nouer les queues de cerise avec ma langue. Yes ! Pas sûr que Mélanie Rutten dispose de cette précieuse compétence. Et je peux cracher les noyaux super loin. À l’heure qu’il est, je suis probablement championne de crachat de noyau de cerise. La jeune génération me talonne mais j’ai un peu d’avance. Pour tout avouer, j’ai passé beaucoup de temps, pendant ma scolarité, à étudier perchée en haut d’un cerisier.

L'Ébouriffée a passé un bac option cerises, c'était très dur.

L’Ébouriffée a passé un bac option cerises, c’était très dur.

Pas de cerises dans L’ombre de chacun, mais des cerisiers, je suis sûre d’en avoir vus. Et un cerf qui ramasse des brindilles, un petit lapin qui veut apprendre à être seul, un chat rêveur, un soldat bagarreur, un livre bavard, des astres, une ombre évidemment…

L'OMBRE mélanie rutten1

Y’a plus de cerises, les gars… L’Ébouriffée a tout mangé !

Sans crainte d’ellipse, de courts chapitres construisent cette aventure initiatique, où le désir de grandir le dispute à la crainte, l’amitié à la colère, les histoires à la peur du noir.

L'OMBRE mélanie rutten2

Allons disputer à l’Ébouriffée son titre de championne de crachat de noyaux.

Généreux et intrépides, les héros ressemblent aux enfants qu’on a été, aux parents qu’on voudrait être, et à nos enfants, à leurs copains, à tous les enfants avides de parcourir le monde, de construire des cabanes et d’aimer.

L'OMBRE mélanie rutten4

Quand est-ce qu’on sait qu’on est grand ? demande le Lapin.

– Quand on sait faire et défaire les nœuds, dit le Soldat.

– Non, quand on est amoureux, répond le Chat.

Il y a dans ce livre assez d’énergie, de joie et de mélancolie pour nous accompagner longtemps. Assez de jour et de nuit, de mystère aussi. J’ai hâte de le relire cet été, couchée sous les étoiles. Ou perchée en haut d’un cerisier.

L’ombre de chacun, Mélanie Rutten, éditions MeMo, 2013

À partir de tout le temps.

Popdouwizz

16 avril 2014 § 2 Commentaires

Popdouwizz couvEncore une enfant à qui ses parents refusent l’animal de compagnie de ses rêves ! Ça commence à m’ébouriffer. Que fait la police des copains pour la vie ?

Céleste trouve la solution : elle adopte un Popdouwizz, nuage morphoélastique, tout doux et glouton – et aussi super absorbant, ce qu’elle le découvre en prenant son bain avec lui. Il a bien d’autres talents, comme par exemple le don d’invisibilité. Ou des trucs carrément plus bizarres…

Un copain pour la vie qui sent bon le pop corn et fait caca des papillons, qui dit mieux ?

Le but du jeu étant de le garder toujours avec soi (pour le dîner, faire dodo, aller à l’école), Céleste élabore des stratégies. Mais la présence de ce petit compagnon, pas très doué pour l’incognito, provoque des rebondissements complètement déglingués dans sa vie quotidienne.

popdouwizz 3

Podouwizz

Avec ses couleurs joyeuses et sa folle liberté, Lili Scratchy sème la fantaisie partout où elle passe, tant mieux. Je me suis bien poilée en lisant ce petit roman graphique à mon popdouwizz à moi. Et il a eu le même effet sur notre journée qu’un bol de céréales aux chamallow multicolores : youpla boum, tralalalalère et vive l’anarchie !

Popdouwizz, Lili Scratchy, Les fourmis rouges, 2013

À partir de 7 ans.

Dodsworth in New York

14 avril 2014 § Poster un commentaire

Dodsworth in New York couvDans les livres de Tim Egan, il y a ce canard zinzin, il est d’enfer ! C’est celui de Bill, l’éléphant qui tient le meilleur café restaurant de la ville. Ne me demandez pas quelle ville : si je le savais, je serais en train de déguster ses pancakes ou ses tartelettes, au lieu de prendre racine devant mon ordinateur.

J’ai rencontré Bill et son canard avec Ça va barder ! La scène où le canard bombarde les méchants tigres de soufflés au chocolat nous a tellement fait gondoler, mes putchs et moi, qu’ils m’ont réclamé ce livre au moins 3650 soirs de suite. Après quoi ils sont directement passés à Breaking Bad, encore une histoire où ça barde.

Breaking bad

Les canards, moi je les fume.

Quelle ne fut pas ma joie de découvrir que le canard a fait son come back !

Et yes, les tigrounet, coucou c'est re-moi !

Et yes, coucou c’est re-moi !

Ce cinglé embarque en loucedé dans la valise de Dodsworth, venu petit déjeuner chez Bob avant de prendre le train pour New York… d’où il gagnera Paris et Londres. Un petit roman par capitale ? Yum yum ! J’ai aussi sec ébouriffé mon budget culturel pour m’approvisionner en canard, remisant sous mon lit Les moralistes du XVIIe, ouvrage vivement recommandé par l’Auteur.

Mes tigrounets, Creazy duck n’a pas changé. Il passe son temps à faire des bêtises, bombarde les gens de pancakes, de pain, de pop corn, d’avions en papier (enfin, en euros) et de fléchettes… Il s’échappe, se perd, voyage en train, en bateau, en ballon… Et de Brooklyn Bridge à Buckingham Palace, en passant par Notre-Dame de Paris où il sonne les cloches avec un drôle de bossu, Coin-Coin met un souk pas possible. Dodsworth lui colle au train en essayant de rattraper le coup. Duo mal assorti, comparse excentrique, situations farfelues, rebondissements imprévus : la parfaite screwball comedy à l’ancienne, mais à l’encre et à l’aquarelle. Tim Egan a une imagination aussi cinglée que son canard et ses dessins sont fantastiques.

Yo, je suis un canard royal et si tu me cherches, je te fume !

Yo, si tu me cherches, je te plume !

Alors j’en vois qui ronchonnent parce que c’est en anglais. Allô les éditeurs ? Il y a un canard à adopter par ici !

Dodsworth in New York, Dodsworth in Paris et Dodsworth in London, Tim Egan, Houghton Mifflin Harcourt, 2007 – 2008 – 2009.

Dodsworth in london couv Dodsworth in Paris couv

À partir de 6 ans, et jusqu’à beaucoup plus en guise de consolation à la fin de Breaking Bad.

Ah tiens, on me signale en régie que Dodsworth et son caneton ont aussi visité Rome et Tokyo. Crotte ! Les moralistes du XVIIe n’ont pas fini d’attendre.

Sans oublier : Ça va barder ! Tim Egan, Bayard éditions, 1999. Malheureusement épuisé, mais on le trouve d’occasion.

ça va barder

Il est où, le rigolo qui nous a laissé nous épuiser ?

 

Où suis-je ?

Entrées taguées amitié sur les carnets de l'ébouriffée.

%d blogueurs aiment cette page :