Incroyable mais vrai

31 mai 2015 § 17 Commentaires

incroyable couvLe grand frère que j’avais quand j’étais petite au lieu du singe dont je rêvais était à Paris ces jours-ci.

Ça devient rare vu qu’il vit en Californie. Et apparemment, les Californiens, ils ont quasi zéro vacances.

En échange ils sont toujours super bronzés, vu que là-bas il fait tout le temps soleil, même quand c’est la nuit à Paris.

C’est mon frère qui l’a dit.

Incroyable mais vrai 4

Le singe de notre voisin avait mordu mon frère sans représailles de ma mère. Trop dar !

Au passage, et bien que j’ai parlé de lui à l’imparfait, je précise que mon grand frère est encore mon frère. C’est juste qu’il est moins grand.

Maintenant il a 3 ans de plus que moi. Alors qu’avant il avait le double ou le tiers de mon âge, ce qui était quand même ÉNORME.

Incroyable mais vrai 3

Quand il avait le double de mon âge, mon frère savait tout. TOUT !

Bref, nos retrouvailles m’ont rappelé ce livre. Quand je l’avais découvert, j’avais tellement pensé à lui !

Incroyable mais vrai 6

Aujourd’hui il est devenu spécialiste en The Big Bang Theorie et en pommes.

Éva Janikovszky (qui est un génie, d’ailleurs je suis pratiquement sûre qu’elle était une petite sœur autrefois pour être aussi géniale aujourd’hui) met en scène un grand frère expliquant à sa frangine comment ça marche, une famille. Forcément il lui révèle des trucs incroyables mais vrais. Que les adultes ont tous été enfants. Même oncle Ernest. Même la voisine. Que mamie est la maman de maman.

J’ai dit à Mimi : tu as vraiment de la chance d’avoir un frère aussi intelligent pour tout t’expliquer.

Incroyable mais vrai 2

Il s’y connait aussi en fabrication de nièces qui ont trop le swag…

Quand j’étais petite, mon grand frère à moi me racontait tout le temps des bobards. Qu’on avait marché sur la lune. Que la nuit mamie mettait sa bouche à tremper dans un verre d’eau. Que si j’appuyais sur le bouton de la télé avec un doigt préalablement fourré dans mon nez elle allait exploser. Que si je faisais pipi dans la piscine municipale ça laisserait une trainée vert fluo dans l’eau.

Je le soupçonnais de faire un peu son intéressant. Mais allez démêler le vrai du faux.

Et en me laisser gérer le cadeau de la fête des mères, crotte à la fin.

Et c’est le roi pour me laisser gérer le cadeau de la fête des mères, crotte à la fin.

Dans le doute, je n’ai jamais fait pipi dans une piscine municipale.

Que dans mon bain.

Incroyable mais vrai, Éva Janikovszky (texte) & Laszlo Réber (illus trop mortelles), La Joie de Lire, 2011

NB : comme d’habitude mes photos sont lamentables. Le livre est magnifique !

Publicités

Les carnets de Lieneke

30 mars 2015 § 11 Commentaires

Les-carnets-de-Lieneke-couv2Mes bouts de zan, quelle lecture vous proposer en avril sinon les carnets de Lieneke ?

L’un d’eux est précisément une lettre de Pâques.

Sans compter les dessins de poussins, lapins et autre gibier de chocolat…

Mais j’oubliais, vous ne savez pas qui est Lieneke.

Et vous vous demandez ce que sont ces carnets ? Examinons la quatrième de couverture :

Les-carnets-de-Lieneke-4ème de couv

Lieneke vit cachée pendant la guerre.

S’ils sont liés à l’histoire de la Shoah, la réalité tragique qui préside à la rédaction de ces carnets n’y affleure qu’avec délicatesse et toujours de façon codée.

Quoi de neuf dans ta collection de fleurs séchées ?

« Quoi de neuf dans ta collection de fleurs séchées ?

Abondamment illustrés, ils retracent des moments de vie quotidienne : arrivée du printemps, résultats scolaires, couleur d’un ruban, naissance de deux chevreaux, fraises sur le point de mûrir…

Les-carnets-de-Lieneke 8

J’ai essayé de m’y mettre…

Ces carnets d’amour tracent en filigrane le portrait de leur auteur, un homme courageux, plein d’humour et de fantaisie, déterminé à maintenir les liens avec sa fillette et à faire vivre son espoir.

les carnets de lieneke 06

Avec une feuille de rhubarbe et une fraise…

Cet échange de correspondance infiniment risqué transite alors par les réseaux de la Résistance. Selon une règle instaurée par leur auteur, ils sont destinés à être détruits sitôt lus, Lieneke ne profitant de chaque lettre qu’une journée.

Les carnets de Lieneke

Mais j’ai échoué.

À la fin de la guerre, quand son père vient la chercher, tous deux découvrent avec surprise que les carnets, « trop beaux pour être brûlés », ont été enterrés sous le pommier du jardin par le couple qui héberge la fillette.

Tu pourrais peut-être me donner des conseils ?

Tu pourrais peut-être me donner des conseils ? »

Aujourd’hui conservés à Yad Layeled, le musée de la Shoah par et pour les enfants, ils ont été édités en fac-similé, réunis dans ce délicat coffret auquel je n’ai pu résister.

Les carnets de Lieneke, Jacob Van Der Hoeden, L’école des Loisirs 2007.

Dès 7 ans.

Un livret pédagogique passionnant pour aller plus loin ici.

Bonne nuit mon chéri

14 janvier 2015 § 8 Commentaires

goodnight-already-couvLongtemps j’ai cherché le remède à mes insomnies.

Je l’ai trouvé en lisant cet album désopilant : il suffit de s’installer à côté d’un ours.

C’est tout bête.

Mais je n’y aurais pas pensé.

Et ça tombe bien, vu que j’ai un ours sous la main. Suivez mon regard.

Quelqu'un a envie de dormir…

Comme chaque soir, quelqu’un a envie de dormir…

Non, je ne fais pas allusion à la pilosité de l’Auteur, petits coquins, plutôt à son tempérament.

Et quelqu'un n'a pas sommeil.

Et quelqu’un d’autre n’a pas sommeil.

Vous allez me dire : oui mais quid du pourquoi du comment de l’ours à l’insomnie ? Bonne question.

Bien qu'il ne soit guère ébouriffé, Duck me ressemble.

Bien qu’il ne soit guère ébouriffé, ce Duck me ressemble.

Eh bien, mes petits cœurs au beurre, harceler son ours préféré constitue une alternative fort récréative à l’insomnie. Je n’en dirai pas plus, histoire de ne pas vous gâcher cette lecture.

Mais si, regardez bien : avec ses plumes blanches, on dirait un ange !

Mais si, regardez bien : avec ses plumes blanches, on dirait un ange !

Je me suis donc inspirée de Duck pour programmer des activités à partager avec mon ours dès la prochaine insomnie : rangement d’albums photos ; confection de pâte à tartiner aux noisettes bio ; partie de Cluedo ; course de relais avec traversée éclair des Tuileries ; danse des sept voiles devant la statue de Balzac ; baignade au clair de lune dans la fontaine Stravinsky.

Nom d'une pipe, l'ours a le même grain de beauté que l'Auteur.

Nom d’une pipe, l’ours a le même grain de beauté que l’Auteur.

Comme pour sa part, l’Auteur s’endort dès qu’il pose le citron sur l’oreiller, et d’ordinaire assez tôt, ça va lui changer la vie.

Restons calme, mon ami.

Restons calme, mon ami.

Bonne nuit mon chéri !

Goodnight already! Jory Jones (texte) & Benji Davies (illustrations), Harper Collins Children’s Books, 2015.

À partir de 4 ans, en anglais.

Le livre mystère super effrayant

28 octobre 2014 § 4 Commentaires

Kristina DigmanJ’aime bien les livres que je ne sais pas lire.

La faute à l’ado n°1, qui pêchait autrefois n’importe quoi dans les rayons étrangers de la bibliothèque municipale et imaginait l’histoire d’après les dessins. Ensuite il a appris l’alphabet et est devenu plus sélectif. Puis il a carrément cessé de lire, mais passons.

De mon côté j’étendais mon rayon d’action aux librairies étrangères de Paris et de partout ailleurs. (Avis aux amis voyageurs !)

J’ai donc fini par croiser ce bouquin.

Sa couverture est fantastique ! Et quel titre génial : O duchu, który się bał. En revanche j’ignore ce que ça signifie. Cet album est un vrai mystère. Déjà il m’a fallu trois ans pour deviner dans quelle langue il était publié.

o duchu 2

Allez zou, en route pour Halloween !

J’adore ses illustrations et, pour autant que j’ai pu me la raconter, son histoire aussi.

o duchu 7

Simona, Mireilla, Reina, Morticia et Josefa reines de la voltige !

La nuit est tombée. Les chauves-souris s’éparpillent au clair de lune. Dans la vieille maison au cœur de la forêt, Kruszynka et sa maman vont se coucher.

Mais… Un fantôme boude sous le lit, il y a deux vampires dans le grenier, un squelette dans le placard et un monstre à la cave, sans oublier la souris.

(Mamma mia, une souris !)

o duchu 8

Où on apprend que les vampires se brossent les quenottes. (Sinon c’est vite galère.)

Jetez un chat dans l’aventure, ça fera du pataquès…

o duchu 4

Purée de moineau, un fantôme vampirophobe…

Car tout le monde a peur de quelque chose, même les monstres pardi !

o duchu 9

C’est pas bientôt fini ce boucan ?

Délicieusement effrayant…

O duchu, który się bał, Sanna Töringe (texte) & Kristina Digman (illustrations), Zakamarki, 2010.

À partir de 5 ans pour les iconophones. Et aussi en suédois, même si en polonais, ça le fait.

Sam et Tom, l’incroyable aventure

17 octobre 2014 § 4 Commentaires

Sam-et-Tom-l-incroyable-aventureSam et Tom creusent un trou, bien décider à mettre au jour une merveille. Ça donne cet album parfait, simple et cocasse, aux jolies péripéties et à la chute spectaculaire.

Ils tournent évidemment autour, se séparent, se retrouvent, finissent dans une impasse.

Heureusement qu’un spécialiste en terrassement les accompagne et qu’il a un peu plus de nez ! Pas les mêmes ambitions toutefois.

Sam et tom

Du coup j’ai envoyé les ados et le chien creuser un trou !

Le texte est économe, le suspens d’enfer, les dessins adorables – ah les couleurs délicates de Jon Klassen.

Les plus observateurs liront cette histoire surréelle jusqu’au trognon de pomme… Je n’en dis pas plus.

Sam et Tom 2

Imaginez un peu qu’ils déterrent un diamant gros comme ça ?!

Quant à ce trésor, je n’ai pas eu besoin de creuser bien loin pour le dénicher… en VO chez Galignani.

sam et Tom clebs

Pour multiplier les chances, j’ai photocopié le chien. (© Jon Klassen)

Mais cette fois, j’ai vérifié avant de vous en parler. Et ils sont trop fort chez Milan (wha, ok je fayotte un peu), ils ont déjà traduit la pépite.

Sam et Tom fin

Ça n’a rien donné… Sauf que maintenant faut nourrir 7 chiens en plus des ados.

Un vrai mode d’emploi pour l’aventure !

Sam et Tom, l’incroyable aventure, Mac Barnett (texte) & Jon Klassen (illustrations), Milan, 2014

À partir de 4 ans.

Et en bonus, les deux auteurs creusent leur trou eux aussi :

Les enfants sont méchants

23 mars 2014 § Poster un commentaire

les enfants sont méchants - couvJe signalais l’autre jour en passant que les enfants sont méchants. Vincent Cuvellier est d’accord avec moi, mes petits beurres. Il en fait l’accablante démonstration dans un ouvrage irrésistible qui a bien fait poiler mes ados. Pourtant à leur place j’aurais été vexée. Cet album les décrit fort bien quand ils étaient petits, il n’y a pas si longtemps en fait. Mais aujourd’hui ils chaussent du 43, alors ils ne se sentent pas visés. On ne peut pas leur en vouloir : comme le rappelle l’ébouriffant Vincent, les enfants sont méchants et en plus ils sont bêtes.

Aurélie Guillerey a très bien dessiné mes garçons, je les ai reconnus tous les deux. Elle est trop forte ! J’ai aussi repéré mes nièces, leurs cousines, les enfants de mes cousins, le fils de ma copine Coco, sa fille aussi (mais elle, elle est trognon en fait). Ho là là, en plus j’ai reconnu l’Auteur avec lequel je vis, quand il avait huit ans. Sauf que Vincent et Aurélie ont drôlement atténué les faits, parce que lui, il n’a pas juste colorié en débordant : il a entièrement repeint l’allée de l’immeuble en bleu. En même temps faut être complètement inconscient pour ranger des pots de peinture dans sa cave alors qu’il y a des enfants dans le coin : les enfants sont tellement méchants.

Un jour une petite fille a mordu un petit garçon ! Vous vous rendez compte ? Mordu un petit garçon ! Et savez vous ce qu’à fait le petit garçon ? Il a tiré les cheveux de la petite fille ! Vous vous rendez compte ? Ça fait super mal !

Comment ça on parle de mon frère et moi ici ? Mais enfin, ma chère mère, zip it ! Pff, les parents aussi, des fois ils sont pas gentils.

Hi hi, on t'a reconnu, Pablo !

Hi hi, on t’a reconnu, Pablo !

Les enfants sont méchants, Vincent Cuvellier (texte) et Aurélie Guillerey (ill), Gallimard Jeunesse Giboulées, 2012

À partir de 4 ans, avant ils sont surtout trognons.

Où suis-je ?

Entrées taguées humour sur les carnets de l'ébouriffée.

%d blogueurs aiment cette page :